Modifié le 24 août 2017 à 13:46

Tamedia regroupe ses rédactions à Lausanne, Zurich et Berne

Le logo de Tamedia devant l'ancienne Tour Edipresse, à Lausanne.
Tamedia regroupe ses journaux par zones linguistiques Le 12h30 / 2 min. / le 23 août 2017
Dès le 1er janvier, les titres de Tamedia, sauf 20 Minutes et Le Matin, publieront les mêmes contenus dans les rubriques supra-régionales. Le groupe met en place deux rédactions, une en Suisse romande et l'autre en Suisse alémanique.

Des centres de compétences sont prévus à Lausanne, Berne et Zurich, écrit Tamedia dans un communiqué de presse publié mercredi. "Aucun licenciement ne sera lié à l’introduction de cette nouvelle organisation", assure le groupe de presse basé à Zurich.

La maison d'édition a baptisé ces rédactions les "rédactions Tamedia". Celle de Suisse romande sera dirigée par Ariane Dayer, qui conservera son poste de rédactrice en chef du Matin Dimanche. Du côté alémanique, les rênes ont été confiées à Arthur Rutishauser, actuel rédacteur en chef du Tages-Anzeiger et de la SonntagsZeitung.

Claude Ansermoz a par ailleurs été désigné pour succéder à Thierry Meyer comme rédacteur en chef de 24 heures (lire encadré).

Chaque marque sa rédaction

Concrètement, côté romand, la rédaction produira des contenus pour les rubriques Suisse, Monde, Econonmie et Sport pour 24 heures, Tribune de Genève et Le Matin Dimanche.

Le Matin et 20 Minutes, dont la fusion des rédactions a été annoncée mardi, ne reprendront que les articles sur le sport fourni par la rédaction centrale; ils continueront de produire leurs propres contenus dans les autres rubriques.

>> Lire: Les journaux 20 Minutes et Le Matin vont regrouper leurs rédactions

Malgré cet important regroupement, chaque "marque" - comme l'écrit Tamedia - gardera sa propre rédaction et rédaction en chef. Les journaux conservent leurs profils et positionnements et sont responsables des contenus régionaux et autres articles spécifiques à leur titre.

La cellule enquête sera dirigée en commun par les deux rédactions Tamedia. Ces dernières seront composées de collaborateurs de l'ensemble des rédactions. Elles seront dirigées par deux rédactions en chef.

Ariane Dayer se veut rassurante

Invité mercredi dans l'émission Forum, le conseiller national Manuel Tornare (PS/GE) a fait part de son inquiétude: "Un journal a une histoire et une relation de proximité avec sa région et sa ville (…) Quand un journal disparaît c’est une identité locale qui s’étiole."

A quoi la future cheffe de la rédaction romande Ariane Dayer a répondu: "J’entends cette préoccupation mais comment voulez-vous qu’une personne comme moi veuille éventrer l’ancrage local? C’est tout ce en quoi je crois."

>> Débat entre Ariane Dayer et Manuel Tornare dans Forum:

Ariane Dayer et Manuel Tornare.
DR
Forum - Publié le 23 août 2017

fme avec ats

Publié le 23 août 2017 à 12:15 - Modifié le 24 août 2017 à 13:46

Claude Ansermoz, nouveau rédacteur en chef de 24 heures

Claude Ansermoz succède à Thierry Meyer en qualité de rédacteur en chef de 24 heures, annonce Tamedia.

Claude Ansermoz travaille à 24 heures depuis 2003. Au début de sa carrière, il fut responsable de la rubrique Politique et Suisse. Il fut ensuite correspondant à Paris afin de couvrir les élections présidentielles de 2007. Il a dirigé le cahier du Samedi du quotidien vaudois dès sa création en octobre 2008. Depuis 2011, il est rédacteur en chef adjoint de 24 heures. Il sera rattaché à Ariane Dayer.

Côté alémanique, Judith Wittwer reprendra la direction de la rédaction en chef du Tages-Anzeiger à partir du 1er janvier 2018.

Syndicat sur le qui-vive

Le syndicat Impressum est inquiet pour la diversité de la presse, mais accueille avec un soulagement prudent le fait que l'éditeur ne prévoie pas de licenciement. "Mais il n'est pas exclu que les départs naturels ne soient pas remplacés à l'avenir", a indiqué la secrétaire centrale Nathalie Weber.

Une information au personnel est en cours dans les rédactions concernées.