Modifié le 27 août 2018 à 23:39

"Guérir" l'homosexualité: des thérapies décriées, mais toujours pratiquées

Homosexualité et homéopathie: un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controversé.
Les thérapies de conversion pour les LGBTI font débat Tout un monde / 7 min. / le 24 août 2018
Thérapies "de conversion" ou "réparatrices", les traitements pour "guérir" de l'homosexualité remontent aux débuts de la médecine moderne. Ils continuent aujourd'hui d'être pratiqués, au grand dam du corps médical et des associations LGBTI.

Début août, une affaire a fait grand bruit: un homéopathe français exerçant à Genève et à Lausanne propose de "guérir" l'homosexualité, même s'il se défend de toute homophobie.

A la suite de cette affaire, le conseiller d’Etat genevois en charge de la Santé, Mauro Poggia, a demandé l’ouverture d’une enquête, et la Fondation suisse pour les médecines complémentaires a décidé de le suspendre.

>> Lire: Enquête à Genève contre le médecin qui dit "soigner" l'homosexualité

Or, tenter de soigner les personnes non-hétérosexuelles est une pratique plus répandue qu’on ne le pense. Ces traitements, appelés thérapies "de conversion" ou "réparatrices", consistent à ramener des personnes gays, lesbiennes, bi- ou trans-sexuelles "dans le droit chemin", c'est-à-dire les faire devenir hétérosexuelles.

L'homosexualité comme maladie

Ce type de traitements existe depuis le moment où l'on a considéré l’homosexualité comme une maladie, "aux débuts de la médecine moderne au XIXe siècle", explique Louis-Georges Tin, militant homosexuel français et directeur d'édition du "Dictionnaire de l’homophobie" (PUF, 2003).

Le mot "homosexualité" est créé à cette époque, et désigne une maladie. "Or, les maladies, il s'agit de les guérir. De nombreux médecins très sérieux de l'époque ont essayé diverses techniques, pouvant aller jusqu'à la lobotomie", détaille l'auteur.

Les choses ne changeront qu'en 1992, quand l’Organisation mondiale de la santé (OMS) décide de retirer l’homosexualité de sa liste des maladies mentales. A partir de là, considérer que l’homosexualité est une pathologie ne fait plus partie du discours officiel de la médecine.

Spiritualité et pseudo-science

Et pourtant, même si les méthodes évoluent, les "thérapies" pour la guérir se perpétuent. Florian Bardou, journaliste à Libération, a publié l'an dernier avec son collègue Pierre de Boissieu une enquête sur ces "thérapies de conversion".

Selon lui, ces pseudo-traitements sont proposés par deux catégories de personnes. "Ce sont souvent des groupes spirituels, liés à une grande religion ou à un mouvement sectaire. Ou alors des praticiens de santé - psychologues ou médecins - qui pensent encore aujourd'hui, à partir d'une pseudo-science, pouvoir 'guérir' une personne dont l'orientation sexuelle n'est pas conforme à leurs désirs."

Des groupes spirituels comme ceux évoqués par Florian Bardou sont implantés en France. L’un d’eux, Torrents de Vie, possède une antenne à Neuchâtel.

En menant son enquête, Florian Bardou a constaté que de nombreuses associations aux Etats-Unis et au Brésil mettent en garde contre ces thérapies. C’est moins le cas en Europe.

En 2012 par exemple, l’Organisation panaméricaine de la santé a décrété que ces traitements ne reposent sur "aucune justification médicale" et qu’elles sont dangereuses pour la santé mentale de ceux qui les subissent. (lire encadré)

Timides avancées législatives

Les thérapies pour soigner l’homosexualité ne sont pas juste le fait de quelques personnes isolées qui les pratiquent, en France et ailleurs, estime Louis-Georges Tin, qui évoque un véritable "système". Le but des militants est dès lors que les associations de médecins et les Eglises prennent position, en attendant que ces pratiques soient interdites par les Etats européens.

Au mois de mars, le Parlement européen a adopté un texte qui appelle les Etats membres à interdire les "thérapies de conversion". Ce texte n’est toutefois pas contraignant. Pour l'instant, en Europe, ces traitements ne sont interdits qu'à Malte, en vertu d'une loi entrée en vigueur début 2017, qui prévoit des peines pouvant aller jusqu’à un an de prison et 10'000 euros d’amende.

Ce printemps, une députée de La République en Marche a déposé une proposition de loi pour que ces thérapies soient prohibées en France. L'Irlande et le Royaume-Uni ont également débattu de cette question, mais rien n’est inscrit dans la loi.

"Pas nécessaire d'interdire" en Suisse

Et en Suisse? En 2016, la conseillère nationale Rosmarie Quadranti (PBD/LU) a déposé une interpellation. Dans sa réponse, le Conseil fédéral reconnaît que ces thérapies sont à la fois inefficaces et "sources de grande souffrance". Il estime toutefois que le réseau de protection de la jeunesse est suffisamment développé, et qu'il n'est pas nécessaire d’interdire les "thérapies de conversion". 

A l'inverse, plusieurs pays extra-européens ont déjà légiféré sur la question, comme aux Etats-Unis où ces thérapies sont interdites dans plusieurs Etats, notamment en Californie et à New York.

Au Brésil, une résolution de 1999 punit les traitements de "réorientation sexuelle". Mais elle est remise en question depuis l’arrivée au pouvoir du président Michel Temer, proche des milieux évangélistes.

Pauline Rappaz/kkub

Publié le 24 août 2018 à 11:44 - Modifié le 27 août 2018 à 23:39

Un "surcroît de violence" dans un contexte déjà homophobe

"On a eu les témoignages de jeunes gens qui, culpabilisés par leurs parents, ont été conduits dans ces cabinets. Entrés dépressifs, ils sont sortis suicidaires", relate Louis-Georges Tin. "Il y a un risque pour la santé mentale de ces personnes, qui se trouvent déjà dans un contexte de violence homophobe, et que l'on expose à un surcroît de violence. C'est tout à fait grave", assène-t-il.

Difficile de connaître l’ampleur de ces pseudo-thérapies, en l'absence de chiffres, mais les témoignages existent. Au Royaume-Uni, un rapport de 2017 montre que 7% des membres de la communauté LGBTI se sont vu proposer une "thérapie de conversion".

Générer l'aversion

L’animateur radio britannique Peter Price a d’ailleurs décidé de témoigner publiquement. Il a raconté à la presse la "thérapie par aversion" qu’il a suivie dans une clinique privée. Le concept est d’exposer le patient à une stimulation sexuelle associée à une expérience désagréable.

Peter Price a 18 ans quand il accepte de suivre ce traitement, pour "mettre fin aux angoisses de sa mère". Installé dans une pièce sans fenêtre, il écoute un récit d’actes sexuels sur une cassette audio, et regarde des photos d’hommes en maillot de bain. Simultanément, on lui injecte des substances qui provoquent diarrhées et vomissements. La "thérapie" dure trois jours... Après cet épisode traumatique, Peter Price décide d'assumer qui il est, malgré les angoisses de sa mère.