Modifié le 21 août 2018 à 15:48

Crise au sein du projet européen sur le cerveau coordonné par l'EPFL

Chris Ebell était à la tête du projet européen sur le cerveau depuis 2015.
Démission du directeur exécutif du Human Brain Project Le 12h30 / 2 min. / le 21 août 2018
Le directeur exécutif du Human Brain Project, le vaste projet européen de recherche sur le cerveau, démissionne. La décision de Chris Ebell est liée à des divergences de point de vue avec l'EPFL.

Le scientifique avait été nommé à la tête du Human Brain Project (HBP) en 2015, après une précédente crise de gouvernance au sein de ce projet visant à simuler le cerveau humain par ordinateur et doté d'un milliard d'euros sur dix ans. Sa démission a été annoncée via un communiqué de quelques lignes sur le site du HBP.

Chris Ebell et l'EPFL disent se séparer d'un commun accord, à la suite d'un changement de leadership universitaire - vraisemblablement le changement de direction à la tête de l'EPFL - et compte tenu de divergences d'opinion sur la gouvernance et sur les orientations stratégiques du projet.

L'intérim sera assuré par l'actuel vice-directeur Christian Fauteux. L'EPFL se refuse à tout commentaire supplémentaire.

De précédentes turbulences

Gigantesque projet de recherche scientifique, le Human Brain Project réunit une centaine d'universités, avec l'EPFL comme institution de coordination. Il a déjà vécu diverses turbulences avec notamment le déménagement d'une grosse partie du projet de Lausanne à Genève en 2014. Son installation sur le Campus Biotech avait fait grincer quelques dents.

La même année, des centaines de scientifiques avaient signé une lettre ouverte pour dénoncer une structure trop compliquée, trop centralisée et pas assez transparente. Ils reprochaient aussi à la direction de trop se concentrer sur le volet informatique et de négliger les neurosciences.

Après un processus de médiation, le comité directeur de trois personnes avait été dissous. Il avait été remplacé par un conseil de 22 personnes, dirigé par Chris Ebell.

Intérêt scientifique incertain

Sur le plan purement scientifique, il est encore difficile de dire aujourd'hui si HBP tient ses promesses. Les intérêts en jeu sont nombreux et les avis très tranchés. Une partie de la communauté scientifique estime que c'est un gros soufflé qui va finir par retomber, tandis que d'autres y croient dur comme fer.

Pour l'instant, les chercheurs ont réussi à simuler une partie du cerveau d'un rat - un échantillon de 30'000 neurones. Or c'est un cerveau humain, avec ses 87 milliards de neurones, qu'ils ambitionnent de mettre en boîte d'ici à 2024. Le pari est immense.

Lucia Sillig/oang

Publié le 21 août 2018 à 12:57 - Modifié le 21 août 2018 à 15:48