Modifié le 30 avril 2018 à 21:37

La Suisse mauvaise élève en matière de prévention du cancer de la peau

Des personnes profitent du beau temps sur une pelouse au bord du lac de Zurich.
Des personnes profitent du beau temps sur une pelouse au bord du lac de Zurich. [Ennio Leanza - Keystone]
En matière de cancer de la peau, la Suisse est le mauvais élève parmi les pays européens. Elle est considérée comme un "pays à risque élevé". Les personnes travaillant en plein air présentent plus de risques.

Chaque année, environ 25'000 personnes sont atteintes de formes agressives de la maladie. Pour les dermatologues, activités de loisirs en montagne ou vacances dans des pays ensoleillés expliquent en partie ce phénomène.

Les personnes travaillant sur les chantiers, dans l'agriculture ou dans les piscines notamment, présentent un risque accru, a indiqué lundi la Société suisse de dermatologie et vénérologie dans un communiqué. La campagne du cancer de la peau 2018, intitulée "Maladie professionnelle due au soleil", leur est dédiée.

Apprendre à se protéger

Elle vise à les sensibiliser aux risques et à leur apprendre à se protéger des rayons UV. Un ouvrier avec des coups de soleil est "toujours alarmant".

Quelques gestes simples permettent de se protéger: se tenir à l'ombre entre 11h00 et 15h00, porter des vêtements sombres, chapeau et lunettes de soleil et appliquer régulièrement de la crème solaire.

ats/kkub

Publié le 30 avril 2018 à 16:24 - Modifié le 30 avril 2018 à 21:37

Examens gratuits durant 5 jours

Du 14 au 18 mai, les dermatologues proposent des examens préliminaires gratuits de grains de beauté "suspects" et diverses réunions d'information. Ces campagnes sont efficaces, rappelle le professeur Robert Hunger de l'hôpital de l'Ile à Berne.

En 2016, près de 2800 personnes ont été examinées. Chez 580, des altérations suspectes de la peau ont été constatées.