Modifié le 03 juin 2017

Avancée importante dans le traitement contre le cancer de la prostate

Le cancer le plus fréquent en Suisse est celui de la prostate (image d'illustration).
Le cancer le plus fréquent en Suisse est celui de la prostate (image d'illustration). [B. BOISSONNET - AFP]
Les résultats de deux essais cliniques publiés samedi indiquent une réduction jusqu'à 38% du risque de mortalité des patients atteints du cancer agressif de la prostate, marquant une avancée importante contre cette tumeur.

La nouvelle molécule découverte se nomme l'abiratérone. Elle est combinée au prédnisone, la thérapie anti-hormonale de référence pour les hommes venant d'être diagnostiqués d'une tumeur cancéreuse de la prostate ayant fait des métastases.

Elle permet de retarder de 14,8 à 33 mois la progression de ce cancer agressif, indique l'une des études cliniques menée par Karim Fizazi, de l'Institut Gustave Roussy à Paris. Celle-ci a été menée avec 1200 patients dans 34 pays de février 2013 à décembre 2014.

Essai mené en Suisse

Le second essai clinique, dirigé par Nicholas James, professeur de cancérologie clinique à l'hôpital Queen Elisabeth à Birmingham, au Royaume uni, a porté sur 2000 hommes dans ce dernier pays et en Suisse.

Un suivi indique après 40 mois une réduction du risque de mortalité de 37%. L'étude parvient à une baisse du risque de décéder de 38% après une période de suivi de 30,4 mois ce qui fait que le gain de survie pourrait être encore plus grand sur une période plus longue.

afp/hend

Publié le 03 juin 2017 - Modifié le 03 juin 2017

Cancer le plus fréquent en Suisse

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 6200 nouveaux cas de cancer de la prostate, ce qui en fait le cancer le plus fréquent, selon la Ligue contre le cancer. Cette maladie représente 29% des cancers chez l’homme.

Au total, 99% des patients ont plus de 50 ans au moment du diagnostic, alors que 47% ont 70 ans et plus.