Modifié

Les câlins stimuleraient positivement le cerveau des prématurés

Une mère fait un massage à l'huile à son bébé prématuré, dans l'unité de soins intensifs de néonatologie de l'Hôpital universitaire de Zurich. [Gaetan Bally - Keystone]
Une mère fait un massage à l'huile à son bébé prématuré, dans l'unité de soins intensifs de néonatologie de l'Hôpital universitaire de Zurich. [Gaetan Bally - Keystone]
Les caresses favorisent le fonctionnement du cerveau des prématurés. Une étude à laquelle le CHUV a collaboré montre l'importance de la qualité des expériences tactiles reçues en unité néonatale de soins intensifs.

La manière dont les expériences tactiles au tout début de vie influent sur le développement du cerveau des prématurés est encore mal connue. Jusqu'ici, on se basait surtout sur des expériences chez des enfants plus âgés, explique jeudi le CHUV.

Une équipe internationale, dirigée par Nathalie Maitre, professeur de pédiatrie à Nationwide Children's Hospital, aux Etats-Unis, a utilisé des techniques de pointe en électro-encéphalographie pour observer l'activité du cerveau des bébés afin de savoir ce qu'ils ressentaient réellement lors d'un toucher léger.

Peau à peau

Les résultats montrent que plus les prématurés ont des expériences sensorielles douces pendant leur séjour en unité néonatale, plus leurs réponses neurales au toucher se rapprocheront de celles des enfants nés à terme. Il est ainsi essentiel que les prématurés reçoivent de leurs parents des stimulations réconfortantes, comme le peau à peau.

Les résultats sont publiés jeudi dans la revue Current Biology.

ats/kkub

Publié Modifié