Modifié

La perte des cheveux chez les femmes, une maladie aux multiples causes

Deux femmes atteintes d'alopécie. [Reuters]
Deux femmes atteintes d'alopécie. [Reuters]
L'incident des Oscars entre Will Smith et Chris Rock le 28 mars a mis en lumière la maladie de Jada Pinkett Smith: l'alopécie androgénétique féminine. Cette maladie auto-immune entraîne la perte de cheveux chez les femmes à tout âge.

L'être humain possède en moyenne 100'000 à 150'000 cheveux et en perd 40 à 100 par jour, avec des pointes pouvant grimper jusqu'à 175 durant les changements de saison. Une chute de cheveux est considérée comme pathologique lorsqu'une personne perd plus de 100 cheveux par jour pendant une assez longue période pouvant aller jusqu'à deux mois.

La perte des cheveux peut être un événement temporaire, provoqué par des facteurs tels que le stress, la maladie, un traitement contre le cancer ou une carence en fer. Parfois, le phénomène peut durer plus longtemps, notamment quand l'individu est atteint d'alopécie.

Une maladie immunitaire

L'alopécie est une maladie immunitaire qui entraîne l'accélération de la chute des cheveux, accompagnée parfois de la chute des poils sur d'autres parties du corps. L'alopécie androgénétique est une forme d'alopécie héréditaire qui peut se manifester chez tous les individus. Bien qu'une majorité d'hommes soient touchés, les femmes sont plus nombreuses à consulter.

Pour Michel Brouard, dermatologue spécialisé en trichologie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), interrogé par l'émission CQFD, cette différence est due au fait que l'impact de la chute de cheveux n'est pas le même pour les femmes que pour les hommes.

Environ 80% des femmes qui rencontrent des problèmes de chutes de cheveux soufrent d'alopécie. On parle alors d'alopécie androgénétique féminine. La maladie se manifeste par une diminution de densité des cheveux principalement sur le dessus de la tête et sur la partie frontale. La densité peut continuer à se réduire au cours du temps et peut amener à une disparition totale de la pilosité sur l'ensemble du corps.

>> Ecouter l'explication du Dr Michel Brouard au micro de CQFD:

C’est essentiellement l’alopécie androgénétique qui est la cause de la perte de cheveux chez les femmes.
Fotofabrika
Depositphotos [Fotofabrika - Depositphotos]Fotofabrika - Depositphotos
Quand les femmes perdent leurs cheveux / CQFD / 11 min. / le 7 janvier 2021

Foulards et perruques

Il existe des traitements médicaux oraux avec un taux de succès de 60 à 70%, mais ils impliquent des effets secondaires importants selon les spécialistes. De nombreuses personnes se dirigent vers une autre solution plus esthétique: porter un foulard ou une perruque. L'émission On en parle s'est intéressée au phénomène des perruques chez les personnes atteintes d'alopécie.

>> Ecouter l'émission On en parle consacrée aux perruques:

Les perruques du magasin "Perruques Michel", à Lausanne. [Frédérique Voler - RTS]Frédérique Voler - RTS
Vivre avec une perruque / On en parle / 14 min. / le 18 octobre 2021

De plus en plus de témoignages

Pour le docteur Michel Brouard, l'impact cosmétique de l'alopécie est plus fort chez les femmes que chez les hommes et peut devenir une source de souffrance. "Porter une perruque ça me permet d'éviter le regard pesant des gens", raconte Malika. Elle a commencé à perdre ses cheveux à l'âge de 10 ans et porte désormais une perruqe.

C'est une maladie qui se manifeste surtout au niveau du regard des autres.

Malika, 27 ans

>> Voir le témoignage de Malika sur Tataki:

Depuis la blague de Chris Rock sur l'alopécie de Jada Pinkett Smith, de nombreuses personnalités ont pris la parole pour briser le tabou autour des chutes de cheveux chez les femmes. Selon la Fondation américaine de l'alopécie, 7 millions de personnes sont concernées par cette affection aux États-Unis et 147 millions de personnes dans le monde.

L'actrice américaine Viola Davis a parlé sur les réseaux sociaux de son expérience et de la perte de ses cheveux qui a commencé à l'âge de 28 ans. Dans son témoignage, elle explique à quel point cette expérience a été traumatisante à vivre en particulier dans une industrie où l'apparence physique est centrale.

Camille Lanci

Publié Modifié