Modifié

"Il est inacceptable que les jeunes enfants n'aient pas accès au vaccin" selon Silvia Stringhini

Comment et quand faut-il dépister les enfants au coronavirus? (vidéo) [RTS]
Comment et quand faut-il dépister les enfants au coronavirus? (vidéo) / Forum / 5 min. / le 5 décembre 2021
Alors que les cas d'enfants contaminés au coronavirus se multiplient en Suisse, le Conseil fédéral a finalement renoncé vendredi à imposer des tests systématiques de dépistage dans les écoles. Selon l'épidémiologue Silvia Stringhini, il faudrait tester davantage les enfants, et leur ouvrir l'accès aux vaccins.

Imposer des tests systématiques de dépistage dans les écoles était une mesure que le Conseil fédéral préconisait mais il a dû y renoncer face aux cantons. Les grands cantons, plus particulièrement, se sont fortement opposés à la mesure pour des questions organisationnelles et logistiques.

>> Lire: Malgré des réticences, les nouvelles mesures du Conseil fédéral sont globalement bien accueillies

Pour Silvia Stringhini, responsable de l'Unité d'épidémiologie populationnelle des Hôpitaux universitaires de Genève et membre de la task force scientifique de la Confédération sur le Covid-19, la mise en place d'une telle mesure demande en effet beaucoup de ressources et nécessite de la préparation: "Au sein de notre équipe, nous conduisons des tests dans des écoles et, logistiquement, c'est quand même assez complexe", remarque-t-elle au micro de l'émission Forum. "Si on avait voulu le faire, il aurait fallu y réfléchir déjà à partir de cet été. C'est très difficile, clairement, de pouvoir mettre en place quelque chose de similaire en une semaine".

Covid plutôt que rhume

Les courbes des infections sont en hausse chez les enfants et chez les jeunes – de 0 à 19 ans – depuis l'apparition du variant Delta et une augmentation des hospitalisations pédiatriques est observée dans certains pays.

Ne serait-ce pas imprudent de laisser librement circuler le SARS-CoV-2 dans ces tranches d'âge encore largement non vaccinées ? "Clairement c'est important de faire quelque chose pour permettre aussi à cette tranche d'âge de pouvoir arrêter la circulation du virus. Il y a d'autres choses que le testing de masse: on peut déjà commencer à les tester quand ils sont symptomatiques", affirme Silvia Stringhini.

"A partir d'une circulation comme celle que nous observons actuellement en Suisse, il est important que les parents se disent que si un enfant a des symptômes compatibles avec le SARS-CoV-2, il est possible – et de plus en plus probable – qu'il s'agisse vraiment du SARS-CoV-2. Il faut donc qu'ils les fassent tester ". En effet, contrairement à ce que beaucoup pensent, il ne s'agit souvent pas juste d'un rhume.

>> Lire: Entre pessimisme et optimisme, les experts toujours dans l'incertitude face à l'Omicron

Tester et re-tester les enfants

Pour la professeure, il est important de changer d'optique et de faire tester les enfants : "A partir de là, dès qu'un enfant est déclaré positif au sein d'une classe, on peut faire le dépistage dit 'réactif'."

Et d'espérer que les cantons vont changer leur politique pour recommander le testing de tous les cas contact aussi au sein des classes à partir d'un premier cas: "Cela permet l'identification précoce des enfants qui ont été infectés, leur isolement, et ça permet aussi que les autres enfants continuent l'école".

Elle recommande également que les enfants soient re-testés après quelques jours, particulièrement avec le niveau actuel élevé de circulation du virus et le fait que les hôpitaux sont de plus en plus en difficulté.

Des pédiatres ont soutenu qu'il faudrait laisser les enfants s'immuniser naturellement face au coronavirus: "Il est vrai que les enfants font le Covid avec une forme moins sévère que celle des adultes, mais il y a quand même un tout petit pourcentage qui le fait aussi en forme sévère", souligne Silvia Stringhini.

"On sait que des enfants ont des conséquences à long terme. Il est vraiment l'heure de changer de discours: on ne sait pas ce qui va arriver avec ce prochain variant. Il est vraiment important qu'on fasse en sorte de pouvoir protéger cette tranche d'âge, aussi en vue d'un vaccin qui pourrait venir et qui permettrait aux parents qui le souhaitent de pouvoir protéger les enfants avec un autre moyen".

>> Lire aussi: Un an d'une campagne de vaccination historique contre le Covid-19

Rendre le vaccin accessible aux enfants

La France se penche lundi sur un calendrier pour ouvrir la vaccination à tous les enfants de 5 à 11 ans, sur la base du volontariat. Pour l'épidémiologue, si le vaccin est autorisé en Suisse, il faut sérieusement y songer: " Comme il a été autorisé par les autres organismes en Europe et aux Etats-Unis, cela viendra aussi rapidement en Suisse. Il est vraiment éthiquement important que cette tranche d'âge ait aussi accès au vaccin. Les résultats que l'on voit au niveau international sont très rassurants par rapport à la sûreté de ce vaccin ".

Et de conclure: "A l'heure actuelle, avec ce niveau de circulation, je pense qu'il est vraiment inacceptable que les jeunes enfants n'aient pas accès à cette mesure de protection".

>> Ecouter ausi le Forum des médias – Covid et Conseil Fédéral: trop de concessions?

Alain Berset lors de la session d'hiver le 2 décembre 2021. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Forum des médias - Covid et Conseil Fédéral: trop de concessions? / Forum / 19 min. / le 5 décembre 2021

Interview radio: Mehmet Gultas

Version web: Stéphanie Jaquet

Publié Modifié