Modifié

Les pédiatres conseillent d'éviter cinq traitements chez les enfants

Des pédiatres conseillent d'éviter cinq traitements chez les enfants. [Gaetan Bally - Keystone]
La Société Suisse de Pédiatrie publie une liste de traitements à éviter / Le 12h30 / 2 min. / le 18 août 2021
Cinq traitements sont généralement inutiles, voire nocifs, chez les nourrissons, les enfants et les adolescents, jugent l'association "Smarter medicine" et la Société suisse de pédiatrie. Sur leur liste Top 5 figure notamment l'administration de médicaments contre la toux.

La toux est en général un mécanisme de défense normal de l'organisme, avancent les deux organisations mercredi dans un communiqué commun dans lequel ils détaillent leur liste Top 5 des traitements à éviter. Les médicaments contre la toux sont inefficaces contre les refroidissements et peuvent même être dangereux car souvent composés de plusieurs principes actifs.

En outre, un surdosage peut avoir lieu, en combinaison avec d'autres médicaments, selon Pédiatrie Suisse. Qui recommande plutôt de donner du miel aux enfants à partir de 12 mois, d'éviter la fumée de cigarette, de maintenir un climat ambiant sain et de surélever le haut du corps.

Pas d'antiacides

"Smarter medicine" et la Société suisse de pédiatrie bannissent aussi les antiacides utilisés pour traiter le reflux gastrique chez les nourrissons. Également discrédités chez les adultes, ils sont souvent consommés trop longtemps et à trop forte dose en Suisse.

Parmi les recommandations se trouve aussi la non-utilisation systématique d'antibiotiques pour traiter une otite moyenne aiguë ainsi que le non-recours machinal à des corticoïdes ou des médicaments contre l'asthme chez les nourrissons ayant une infection virale des voies respiratoires.

De plus, il faut veiller à un apport suffisant en liquide par la bouche chez les enfants qui en perdent en quantité moyenne ou importante, par exemple en cas de grippe gastro-intestinale avec vomissements et/ou diarrhées.

Combattre la surmédicalisation

"Smarter medicine" estime qu'un traitement ne doit être appliqué que s'il contribue effectivement à la santé et au bien-être des patients. Elle entend lutter contre les soins médicaux "inappropriés" et la surmédicalisation.

La liste Top 5 a été établie par un groupe de travail de pédiatrie suisse. Elle a été dressée à l'issue d'un sondage réalisé auprès de plus de 2000 membres de la société de discipline médicale. Des aspects tels que la possibilité de mise en oeuvre et de contrôle des mesures ont aussi été intégrés.

ast/asch

Publié Modifié