Modifié

La première dose de vaccin a déjà un impact sur la transmission du Covid-19

Des seringues contenant un vaccin contre le Covid-19 attendent d'être injectées. Berne, le 10 mai 2021. [Peter Klaunzer - Keystone]
Une première dose de vaccin limite déjà les risques de transmission du virus / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021
Selon les derniers chiffres de l'OFSP, un peu plus de 1,087 million de personnes ont reçu leur première injection de vaccin contre le Covid-19 dans notre pays et sont dans l'attente de la deuxième. Sont-elles désormais moins susceptibles de porter le virus et de le transmettre à leur entourage? Il semblerait que oui.

Une première dose de vaccin contre le SARS-CoV-2 protège et freine déjà sa transmission. Cette intuition des scientifiques a été confirmée encore récemment par une étude en Grande-Bretagne.

Cette recherche a suivi 57'000 personnes après leur première injection et aussi leurs proches qui vivaient sous le même toit – là où le risque de contagion est élevé. Le résultat était parlant, puisque deux à trois semaines après cette première dose, la transmission du virus était déjà réduite de 40 à 50% environ.

"Jusqu'à maintenant, on mesurait l'effet sur l'infection. Et on savait déjà que contre l'infection, après deux doses, la protection est de plus de 90%. Les données montraient également qu'après la première dose, la protection est d'environ 50%", remarque Valérie D'Acremont, infectiologue à Unisanté et professeure à l'Université de Lausanne, au micro de La Matinale.

>> Lire aussi: Les enfants devront être vaccinés contre le Covid, estiment les experts

Un impact grandissant sur la transmission

La médecin explique que c'est la première fois qu'une étude se penche sur ce que des personnes vaccinées peuvent ou non transmettre: "Là, ça confirme exactement la même chose: déjà 50% rien que deux à trois semaines après la première dose. Exactement comme pour l'infection", note-t-elle.

Une transmission de 50% environ après une dose. Toutefois, comme pour l'infection, l'impact sur la transmission devrait augmenter au fil des jours: "C'est vraiment progressif, chaque jour qui passe, déjà après la première dose", confirme Valérie D'Acremont. "Et puis [l'impact] est évidemment maximal un mois après, juste avant qu'on reçoive la deuxième dose. Avec une deuxième dose en plus, cette protection sera meilleure et, surtout, à plus long terme".

Actuellement, cet impact se reflète déjà sur la courbe des cas: ils diminuent notamment parce que les personnes qui ont reçu une première dose sont davantage protégées de l'infection, mais aussi probablement parce qu'elles transmettent moins le virus à leur entourage.

Alexandra Richard/sjaq

Publié Modifié