Modifié

Bientôt plus remboursée en France, l'homéopathie continue de faire débat

En Suisse, l'homéopathie est remboursé par l'assurance maladie de base. [Garo / Phanie - AFP]
L'homéopathie ne sera plus remboursée par l'assurance en France / Tout un monde / 5 min. / le 11 juillet 2019
L'homéopathie, coupable pour les autorités françaises de Santé de ne pas faire la preuve de son efficacité, ne sera plus du tout remboursée en France en 2021. Ce mouvement de désamour est souvent partagé en Europe, sauf en Suisse où elle est remboursée.

L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécurité sociale en France d'ici un an et demi, a tranché mardi le gouvernement. Il s'est rangé à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui avait conclu à l'absence d'efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques.

Dès le 1er janvier prochain, les petites granules aujourd'hui remboursées à 30% ne le seront plus qu'à 15%, puis ce taux tombera à zéro en 2021. L'an dernier en France, l'homéopathie a représenté 126,8 millions d'euros sur environ 20 milliards pour l'ensemble des médicaments remboursés, selon l'Assurance maladie.

La France rejoint plusieurs pays européens dans lesquels le non-remboursement de l'homéopathie par le système public est déjà la norme, comme la Grèce, la Roumanie, la Belgique ou l'Autriche.

L'Allemagne en débat

L'Allemagne, de son côté, suit avec grand intérêt le débat français. Un député, spécialiste des questions de santé au sein du parti social-démocrate SPD, Karl Lauterbach, a appelé à interdire le remboursement, alors que certaines mutuelles ne remboursent déjà plus l'homéopathie. Et celles qui le font, comme la Technischer Krankenkasse (TK), ne cachent pas leur scepticisme.

Mais la médecine homéopathique continue de faire partie des formations médicales reconnues: 7000 homéopathes sont enregistrés en Allemagne et 40'000 médecins déclarant la pratiquer, selon les chiffres du journal Handelsblatt.

Remboursement en Suisse

En Suisse, les traitements homéopathiques sont pris en charge par l'assurance maladie de base depuis 2012, après le vote, en 2009, du remboursement des médecines complémentaires. Il s'agit donc d'une décision politique qui a prévalu sur le point de vue scientifique.

Contrairement à la France, où un traitement doit avoir prouvé son efficacité pour être remboursé, le système de santé suisse s'en remet au jugement du médecin, pour autant que celui-ci justifie de titres et de formations reconnus.

Sujets radio: Rinny Gremaud, Frédéric Mamaïs

Texte web: ats/afp/vkiss

Publié Modifié

L'industrie de l'homéopathie

L'entreprise française Boiron a affiché 604 millions d’euros (670 millions de francs) de chiffre d’affaires l’an dernier. Créé en 1932 à Lyon, coté en Bourse depuis 1987 et présent aux Etats-Unis depuis 36 ans, le groupe Boiron est sensible à la conjoncture économique. Et l’an dernier, les ventes ont ainsi nettement reculé.

Mais la France reste un territoire d’exception, comme l'explique à la RTS Claude Le Pen, économiste de la santé, professeur à l’université de Paris-Dauphine: "Le marché de l'homéopathie est hypertrophié en France par rapport à d'autres pays, car il est de loin le pays le plus consommateur et le plus producteur."

Selon Boiron, l’homéopathie emploie plus de 300'000 professionnels à travers le monde, pour 300 millions d’utilisateurs. Un Français sur deux, un Belge et un Espagnol sur trois y ont déjà eu recours.