Modifié le 20 avril 2019 à 22:28

Le trouble borderline, des "montagnes russes émotionnelles toute la journée"

Le trouble de la personnalité limite ou borderline est une maladie psychiatrique qui touche 2% de la population.
Le trouble de la personnalité limite ou borderline est une maladie psychiatrique qui touche 2% de la population. 19h30 / 2 min. / le 20 avril 2019
Environ 2% de la population serait atteinte de trouble de la personnalité borderline, maladie psychiatrique pour laquelle il n'existe aucun traitement associé. Une Romande témoigne de sa souffrance dans le 19h30.

Le trouble de la personnalité limite ou borderline est une affection psychiatrique (lire encadré) dont on ne guérit pas. Les personnes qui en sont atteintes sont donc souvent en arrêt de travail pour cause d’invalidité.

Amélie (nom d'emprunt) a ainsi dû abandonner ses études d'infirmière il y a une quinzaine d’années, après une excellente scolarité. Trop instable, elle ne savait plus faire la part des choses, envahie par les émotions des autres: "Une personne qui pouvait, par exemple, souffrir d’un cancer, d’une maladie mortelle et que je soignais durant des semaines, j’avais l’impression de vivre ce qu’elle vivait", témoigne-t-elle.

"Un échec mais aussi un soulagement"

Hospitalisée d’urgence en hôpital psychiatrique, elle a été alors diagnostiquée "borderline." Elle a vécu ce moment difficile comme "un deuil et un échec" face à son rêve de devenir infirmière, mais aussi comme "un soulagement", en comprenant ce qui ne fonctionnait pas chez elle.

Amélie a finalement trouvé du soutien auprès de l’Association neuchâteloise d’accueil et d'action psychiatrique (ANAAP). "L’idée est de travailler au niveau collectif, que les personnes puissent venir ici trouver de l’accueil, par des professionnels mais aussi par d’autres membres", explique sa coordinatrice Nadia Nicoli.

Mais cette affection biologique est incurable et le débordement d’émotion n’est jamais loin. "Cela veut dire avoir des comportements inadéquats, réagir de manière infantile", souligne Amélie. "Et cela crée d’immenses débordements, sur soi-même et sur les autres."

Pour cesser de coller une étiquette

Amélie témoigne aujourd'hui pour que la société cesse de lui coller une étiquette de personne malade: elle voudrait qu’on la considère simplement comme un individu, avec ses failles et ses richesses.

"C’est un trouble qui naturellement évolue plutôt bien", encourage en ce sens Karen Dieben, psychologue et psychothérapeute aux HUG. "Et si on y ajoute un suivi avec une psychothérapie très spécifique qui existe pour ce trouble, on a de très bons résultats qui améliorent significativement la qualité de vie des gens."

>> Les précisions de Karen Dieben, psychologue et psychothérapeute aux HUG

Karen Dieben, psychothérapeute aux HUG: "Le trouble borderline évolue naturellement plutôt bien."
19h30 - Publié le 20 avril 2019

Des "montagnes russes émotionnelles"

Selon elle, ce trouble "mal connu et pourtant relativement fréquent" provoque des "montagnes russes émotionnelles toute la journée, et ça génère une énorme souffrance" pour les personnes qui en sont atteintes.

"Ce sont des personnes qui ont peur de l’abandon", précise-t-elle encore, "qui ont souvent des comportements extrêmes et pour les proches c’est très compliqué à gérer. Donc les familles sont aussi en grande difficulté."

Miroslav Mares/oang/jop

Publié le 20 avril 2019 à 22:04 - Modifié le 20 avril 2019 à 22:28

Des émotions exacerbées

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le trouble de la personnalité limite ou borderline toucherait à peu près le 2% de la population mondiale.

Les femmes représentent les trois-quarts des cas de cette atteinte biologique. Les personnes ayant souffert de maltraitance ou d’abandon, plus vulnérables, font partie des personnes à risques.

Les symptômes sont notamment une difficulté à gérer ses émotions - la colère notamment -, une capacité réduite à prévoir les conséquences de ses actes et une difficulté à analyser son ressenti. Les relations interpersonnelles sont instables et intenses. Les personnes atteintes passent facilement de l’idéalisation à la dévalorisation de l’autre. Le ressenti de leurs émotions est plus profond et plus long que la normale.

Les taux de suicide sont élevés chez les personnes qui en souffrent. La prescription d’antidépresseurs et d’anxiolytiques est préconisée pour atténuer les crises dépressives ou de panique, mais il n’y a pas de médication associée à ce trouble.

Le trouble de personnalité borderline et le trouble affectif bipolaire possèdent en commun certains symptômes qui peuvent compliquer le diagnostic.