Modifié le 20 août 2017

L'humanité vit à crédit à partir de mercredi, selon une ONG

Une centrale à charbon à Gelsenkirchen, en Allemagne.
Les émissions de gaz à effet de serre représenteraient 60% de l'empreinte écologique mondiale. [AP Photo/Martin Meissner - Keystone]
Dès mercredi, l'humanité a épuisé la totalité des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, a calculé l'ONG Global Footprint Network.

Le mercredi 2 août marque pour la Terre le "jour du dépassement". "À partir de cette date, l'humanité a consommé l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année", ont écrit mardi Global Footprint et le WWF.

Pour ses calculs, Global Footprint prend en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau.

Un jour plus tôt

En 2016, le "jour du dépassement" était intervenu le 3 août. Même si le rythme de progression s'est un peu ralenti depuis six ans, cette date symbolique "continue inexorablement d'avancer", relèvent les organisations.

"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,7 planète", selon elles.

Et les conséquences sont nombreuses: pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces.

afp/vtom

Publié le 02 août 2017 - Modifié le 20 août 2017

"Signes encourageants"

Selon Global Footprint et le WWF, "des signes encourageants" indiquent cependant qu'"il est possible d'inverser la tendance".

Malgré la croissance de l'économie mondiale, "les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive", relèvent-elles.

D'après elles, "cela peut s'expliquer en partie par le développement important des énergies renouvelables dans l'électricité".