Modifié le 01 juin 2017 à 11:43

Les manoeuvres d'intimidation de Monsanto pour défendre le glyphosate

La recherche scientifique sur le glyphosate est devenue une menace pour des intérêts économiques qui se chiffrent en centaines de milliards de dollars pour Monsanto.
La recherche scientifique sur le glyphosate est devenue une menace pour des intérêts économiques qui se chiffrent en centaines de milliards de dollars pour Monsanto. [Seth Perlman - Keystone]
Dans le premier volet d'une enquête sur Monsanto, Le Monde révèle l'entreprise de sape que le géant de l'agrochimie a menée à l'égard de l'agence des Nations unies contre le cancer afin de sauver son produit-phare, le glyphosate.

Depuis que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a jugé le glyphosate "probablement cancérogène", Monsanto a exercé des pressions sur l'organisme avec une "brutalité inouïe", relate Le Monde jeudi.

Sur la foi de documents internes, le quotidien français raconte comment Monsanto a méthodiquement entrepris de jeter le doute sur le travail des experts, à coup de déclarations hostiles et d'intimidation sur les chercheurs.

"Instiller anxiété et appréhension"

L'article révèle notamment un échange de courriers entre les avocats de la firme américaine et l'un des scientifiques membres du groupe d'experts du CIRC qui juge leur démarche "intimidante" et estime qu'elle "cherche à instiller (...) anxiété et appréhension".

L'enquête montre aussi que Monsanto procède à un lobbyisme intense sur internet et au Congrès, mettant en doute la qualité du travail de l'institution. Des propos qui trouveraient encore davantage d'écho depuis l'élection de Donald Trump.

ptur

Publié le 01 juin 2017 à 11:09 - Modifié le 01 juin 2017 à 11:43

Les conclusions du CIRC représentent des centaines de milliards de dollars pour Monsanto

Le 20 mars 2015, le CIRC annonce les conclusions de sa "monographie 112". Au contraire de la majorité des agences réglementaires, le CIRC juge le glyphosate génotoxique, cancérogène pour l’animal et "cancérogène probable" pour l’homme. Le glyphosate, est le pesticide le plus utilisé de la planète et le principal composant du Roundup, produit-phare de Monsanto.

Des mesures de restriction ou d’interdiction du produit, menace la survie même de l'entreprise, qui a fait du glyphosate la clef de voûte de son modèle économique, puisqu'elle vend non seulement le Roundup, mais aussi les semences qui le supportent.

Entre 1974, date de sa mise sur le marché, et 2014, son usage est passé de 3200 tonnes par an à 825'000 tonnes. Le glyphosate entre dans la composition de quelque 750 produits commercialisés par une centaine de sociétés dans plus de 130 pays.