Modifié

Le mois d'octobre le plus chaud depuis le début des mesures touche à sa fin

Lionel Fontannaz, météorologue pour MétéoSuisse, évoque les températures particulièrement élevées pour un mois d’octobre en Suisse [RTS]
Lionel Fontannaz, météorologue pour MétéoSuisse, évoque les températures particulièrement élevées pour un mois d’octobre en Suisse / 19h30 / 1 min. / le 29 octobre 2022
Le mois d'octobre 2022 restera dans l'histoire comme le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Selon MétéoSuisse, les températures ont été en moyenne trop élevées d'environ 3,8 degrés en Suisse.

Samedi s'inscrit dans la lignée des journées chaudes d'octobre. Il a fait 25,4 °C à Zweisimmen (BE) et 25,3 °C à Ebnat-Kappel (SG), selon MétéoSuisse. A Fahy, dans le Jura, le mercure est monté à 25,1 °C. Sur le Hörnli (ZH), il n'avait plus fait aussi chaud en octobre depuis plus de 30 ans, avec 23,6 °C.

La station de mesure de l'office météorologique sur la montagne bâloise de St. Chrischona a par ailleurs affiché 24,7 °C. Göschenen (UR) a enregistré 24,3 °C.

Avec l'air chaud, de la poussière du Sahara est arrivée en Suisse, a écrit pour sa part SRF Meteo Twitter. La visibilité s'en est trouvée réduite. Un record a également été enregistré dans le canton de Vaud au sommet de la Dôle à 1677 mètres d'altitude vendredi: 13,3 °C, soit 12°C plus élevés que la norme.

L'été se prolonge particulièrement dans le Jura. En début d'après-midi vendredi, il avait déjà fait 25,5°C à Fahy et 26,6°C à Mervelier, selon SRF Meteo. Le mercure a même grimpé jusqu'à 27,4°C à Delémont, peu après 15h00.

En termes de température, il ne s'agit pas d'un record. Le 7 octobre 2009, 29,4°C avaient été mesurés dans le chef-lieu jurassien, a rappelé Urs Graf, météorologue à MétéoSuisse, interrogé par Keystone-ATS. Toutefois, il n'y a jamais fait aussi chaud durant la deuxième quinzaine d'octobre.

Autour de 12°C normalement

Des températures très douces ont été enregistrées vendredi aussi en altitude, comme 24°C à St. Chrischona, près de Bâle, ou 23,8°C à Göschenen (UR). Sur le Plateau, les températures ont avoisiné les 20°C, a précisé Urs Graf.

Même s'il ne s'agit pas de records absolus pour octobre, qui se situent en de nombreux endroits autour de 23 ou 24°C, la situation est tout de même exceptionnelle. Il fait normalement autour de 12°C un 28 octobre.

La météo de vendredi suit la tendance de tout le mois. Il a fait ponctuellement entre 20 et 25 degrés en Suisse romande. Le lundi 17 octobre, considéré par les services météorologiques comme une journée qui restera marquée dans l'Histoire, le mercure a grimpé jusqu'à 22,3°C à Courtelary dans le Jura bernois, 21,9°C à Evionnaz (VS), 21,7°C à Genève-Cointrin et 21,5°C à Fribourg. A 1000 mètres d'altitude, à La Chaux-de-Fonds (NE), il a fait un peu plus de 20°C.

Pour Lionel Fontannaz, également météorologue à MétéoSuisse, ce mois d'octobre va "entrer dans les annales de la météorologie". "Nous avons eu un semestre d'été qui était aussi hors norme, et nous sommes là sur la même lancée", souligne l'expert samedi sur le plateau du 19h30. Les températures actuelles correspondent à celles des journées estivales.

>> Relire: La Suisse a connu son deuxième été le plus chaud depuis 1864

3,7°C au-dessus de la norme en moyenne

Les températures record de ce mois ont dépassé localement d'un degré les valeurs maximales enregistrées jusqu'à présent, a indiqué vendredi MétéoSuisse à Keystone-ATS. Cette forte chaleur a été provoquée par des courants d'ouest et de sud-ouest persistants, qui ont amené de l'air doux vers la Suisse entre le 4 et le 25 octobre, avec des situations anticycloniques dominantes.

>> Lire aussi: Octobre 2022: records de chaleur en vue

La plupart des régions de Suisse ont été concernées. En de nombreux endroits, les valeurs mensuelles ont dépassé de 3 à 4,5°C la norme de 1991 à 2020, a ajouté l'Office fédéral de météorologie et de climatologie. En moyenne nationale, la température d'octobre a dépassé de 3,7°C la norme 1991-2020. En deuxième position, on trouve le mois d'octobre 2001, avec 3°C de plus que la norme.

Du 15 au 21 octobre dernier, la température moyenne journalière a dépassé la norme de 5 à 7°C par endroits, voire de 8°C. Sous l'influence du föhn, l'écart s'est même localement élevé à entre 8 et 9°C dimanche passé. Ces températures estivales illustrent les événements météorologiques extrêmes, note MétéoSuisse. Elles augurent par ailleurs des années plus chaudes dans le futur, avec un décalage de la norme vers des températures plus chaudes également, explique Lionel Fontannaz.

Dans le même registre, la neige avait fait son apparition déjà en octobre il y a dix ans, rappelle MétéoSuisse sur Twitter. La Suisse s'était réveillée sous un manteau blanc jusqu'en plaine. Le 29 octobre 2012, des records d'épaisseur de neige avaient même été mesurés. Quant à cette année, il est encore "trop tôt pour faire une projection sur l'hiver", estime Lionel Fontannaz.

Propos recueillis par Fanny Zürcher/iar avec l'ats

Publié Modifié

Des arbres aux couleurs moins intenses

Ce manque de nuits fraîches a par ailleurs un impact sur la coloration des feuilles des arbres. Si ceux-ci ont commencé à changer de couleur depuis début octobre sur l'ensemble du territoire, les couleurs se développent de manière moins intense en raison des températures plus chaudes, écrit MétéoSuisse.

Les couleurs automnales des feuilles sont donc moins visibles, d'autant plus que de nombreux arbres ont encore porté des feuilles vertes ou qu'une partie des feuilles sont déjà tombées. Selon l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur les effets de cet automne doux.

En revanche, les conséquences de l'été ont un air de déjà-vu: comme en 2018, certains arbres ont déjà commencé à se parer d'orange dès la fin juillet en raison de la sécheresse.

Dans le district de Mendrisio (TI), des forêts entières avaient déjà pris une couleur brune en août. L'été a fait des ravages, notamment sur les hêtres situés dans des endroits secs. La chute précoce du feuillage est à voir comme un signe de faiblesse, précise le WSL.