Modifié

Une baleine du Pacifique égarée en Méditerranée a peu de chances de retrouver son milieu

La jeune baleine grise, surnomée Wally, vue près de Bormes-les-Mimosas, le 30 avril 2021. [Chloé Seifert - AFP]
La baleine égarée en Méditerranée a peu de chances de retrouver son milieu / Le Journal horaire / 11 min. / le 5 mai 2021
Un baleineau du Pacifique Nord égaré en Méditerranée depuis quelques jours a "une bonne stratégie" – suivre le littoral jusqu'à Gibraltar pour trouver la sortie – mais des chances "extrêmement minces" de retrouver son milieu naturel, a déclaré un responsable de l'Office Français de la Biodiversité.

Egaré loin du Pacifique, ce baleineau a été observé pour la première fois début mai le long des côtes de la Méditerranée française.

Il s'agit d'une jeune baleine âgée d'une quinzaine de mois environ et mesurant 8 mètres, qui avait déjà été observée au Maroc début mars et en Italie ces dernières semaines, à Naples, puis Rome et Gênes. Selon toute vraisemblance, elle s'est égarée en Méditerranée, une mer dont elle tente de ressortir pour regagner son habitat naturel situé dans le Pacifique nord.

La jeune baleine grise, surnommée Wally, en train de nager le long de la côte méditerranéenne, au large de Palavas-Les-Flots, le 4 mai 2021. [SDIS34 - AFP]La jeune baleine grise, surnommée Wally, en train de nager le long de la côte méditerranéenne, au large de Palavas-Les-Flots, le 4 mai 2021. [SDIS34 - AFP]"Du fait du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, il y a maintenant une possibilité de passer entre le Pacifique et l'Atlantique et il est probable que cette jeune baleine inexpérimentée" de 15 mois se soit "trompée de chemin", arrivant ainsi dans l'Atlantique puis en Méditerranée, a expliqué Eric Hansen, responsable régional de l'Office Français de la Biodiversité (OFB) sur la façade méditerranéenne.

"Elle a rencontré pas mal d'obstacles mais elle n'est pas déboussolée"

Entrée dans cette mer fermée au niveau du Maroc, elle a coupé de l'Afrique du Nord à l'Italie, a remonté les côtes italiennes et françaises, parvenant à se libérer seule d'un filet de pêche à Port-Saint-Louis-du-Rhône, dans le sud de la France, mardi matin puis cherchant avec insistance à explorer le port de Sète dans le sud de la France.

"On a vraiment l'impression qu'elle cherche à sortir de la Méditerranée quand on la voit essayer de rentrer dans un port comme celui de Sète", a-t-il souligné.

"Elle a rencontré pas mal d'obstacles mais elle n'est pas déboussolée", a poursuivi le responsable de l'OFB. "Sa stratégie est bonne, si elle continue, elle va descendre le long des côtes espagnoles et arriver à Gibraltar. Si tout va bien, elle va pouvoir ressortir côté Atlantique. Ca ne veut pas dire que c'est gagné pour elle parce qu'après il faut qu'elle remonte" vers le Pacifique Nord.

Ses chances de retrouver son milieu situé entre l'Alaska et la Basse-Californie sont "extrêmement minces parce qu'elle se nourrit d'invertébrés dans des fonds vaseux du Pacifique qu'elle ne peut pas trouver en Méditerranée". Or depuis qu'il a été observé en Méditerranée, ce baleineau "ne semble pas se nourrir" et est "toujours en situation de déplacement".

Déjà très maigre, s'il ne parvient pas à "varier son régime alimentaire" en allant gratter les fonds méditerranéens, il pourrait s'épuiser et s'échouer ou couler, selon Eric Hansen.

afp/vl

Publié Modifié