Modifié

La pollution des eaux par les résidus de pneus affecte aussi les poissons

Le document: les résidus de pneu, importante source de la pollution plastique dans les lacs et cours d'eau [RTS]
Le document: les résidus de pneu, importante source de la pollution plastique dans les lacs et cours d'eau / 19h30 / 3 min. / le 4 avril 2021
L'usure des pneus est responsable de la plus grande partie des résidus plastiques présents dans l'environnement. Une étude récente a montré la dangerosité de ces résidus pour certaines espèces de poissons.

Les résidus issus du frottement des pneus sur les routes se retrouve dans les cours d'eau, les lacs et même jusque dans les lacs de montagne isolés. Conséquence: la pollution plastique du Léman, par exemple, est identique à celle des océans.

>> Lire: La pollution au plastique du Léman est quasi aussi élevée qu'en Méditerranée

Analyser les lacs en profondeur

Des chercheurs de l'EPFL étudient ces flux de plastiques sur une plateforme au large de Pully (VD). Ils prélèvent des échantillons tous les deux mois pour en analyser l'évolution.

"Jusqu'à maintenant, on avait pas mal d'infos sur les microplastiques à la surface. Il faut maintenant étendre ça à la troisième dimension, dans le volume et les sédiments", explique le directeur du Laboratoire central environnemental de l'EPFL Florian Breider, dimanche dans le 19h30 de la RTS.

Amalgame de gomme et d'asphalte

D'après les projections réalisées par la Confédération, 14'000 tonnes de plastiques se retrouveraient chaque année dans la nature en Suisse. Et la grande majorité, soit quelque 8000 tonnes, viendrait d'un amalgame constitué de gomme de pneus mélangée à du revêtement de route.

Mais les effets de ce mélange sont encore peu connus. Dans son laboratoire, l'équipe de Florian Breider tente de déterminer si ces particules sont nocives pour l'organisme.

"On a ici des particules de pneus broyées et réduits finement qu'on va mettre en suspension dans des fluides simulés, comme le fluide intestinal, explique le chercheur Thibault Masset. "L'idée c'est de voir si ça peut être toxique".

Colonies de saumons décimées aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, une étude publiée il y a quelques mois a prouvé pour la première fois l'impact de ces résidus. Après de fortes pluies, des colonies d'une certaine espèce de saumon étaient régulièrement retrouvées mortes et une substance présente dans les particules de pneus en serait la cause.

Pour éviter cette pollution, la solution principale est de filtrer les eaux provenant des chaussées. Mais actuellement seule la moitié des routes nationales suisses sont équipées de zones de filtrage avant rejet dans les cours d'eau. Ailleurs, l'eau s'écoule parfois directement dans la nature.

Vingt ans pour mettre aux normes

L'Office fédéral des routes (OFROU) s'est fixé pour objectif de mettre toutes les routes nationales aux normes, mais cela pourrait prendre plus de vingt ans.

Une autre solution pourrait venir des pneus eux-mêmes. Des constructeurs testent actuellement des gommes biodégradables, mais n'en sont encore qu'au stade du prototype.

Céline Brichet/oang

Publié Modifié