Modifié le 29 octobre 2019 à 19:53

Trois fois plus de personnes menacées qu'estimé par la montée des eaux

Trois fois plus de personnes menacées qu'estimé par la montée du niveau des eaux
Trois fois plus de personnes menacées qu'estimé par la montée du niveau des eaux Forum / 2 min. / le 29 octobre 2019
La vulnérabilité à la montée du niveau des océans est pire que prévu. Ce n'est pas parce que les pôles fondent plus vite qu'annoncé, mais parce que les côtes sont nettement moins hautes que ce les scientifiques avaient calculé jusqu'ici.

Ce sont des années de prédictions climatiques qu'il va falloir réviser, les rapports des Nations unies, de la Banque mondiale, de l'OCDE, ainsi que les programmes d'aides...

Tous les modèles qui tentaient de prédire l'élévation du niveau de la mer en fonction des différents scénarios d'émissions de gaz à effet de serre étaient fondés sur des données terrestres surévaluées.

En moyenne, le niveau des côtes se situe deux mètres en-dessous des estimations utilisées jusqu'ici. Et encore, c'est une moyenne: dans certaines zones urbaines, la hauteur du sol a été surévaluée de quatre mètres.

Une surestimation due à la vision des satellites

Une énorme différence qui semble surprenante: comment expliquer une telle marge d'erreur? Selon le travail des scientifiques américains de l'organisation Climate Central publié dans Nature Communication, les seules données mondiales disponible sur le niveau des côtes viennent des satellites de la NASA. Mais quand un satellite regarde le sol, sa vision s'arrête aux sommets des arbres et aux toits des maisons, d'où cette surestimation.

Les climatologues et les spécialistes de la montée des eaux connaissaient ce biais. Mais faute de mieux, ils faisaient avec. Toutefois, aujourd'hui, ce qui surprend avec les corrections de Climate Central, c'est l'ampleur des conséquences potentielles.

237 millions de personnes régulièrement inondées en 2050

Des inondations dans l'Etat indien d'Assam en juillet dernier. Des inondations dans l'Etat indien d'Assam en juillet dernier. [Keystone/EPA/STR] Trois fois plus de personnes que prévu sont menacées par la montée des eaux. Cette "correction" concerne toutes les régions du monde, mais certaines sont beaucoup plus affectées que d'autres: celles, justement, dont les côtes sont les plus densément peuplées.

En Asie, ces nouvelles données multiplient par quatre les estimations précédentes. Entre la Chine, le Bangladesh, l'Inde, le Vietnam, l'Indonésie et la Thaïlande, 237 millions de personnes vivent aujourd'hui dans des zones qui seront régulièrement inondées en 2050. C'est 183 millions de plus que prévu jusqu'ici.

>> Lire: Le réchauffement mondial plus rapide que jamais depuis 2000 ans

Une carte inédite des dégâts futurs

La communauté scientifique se réjouit de la publication de cette nouvelle étude, car elle met à sa disposition des données plus conformes à la réalité.

En même temps que les conclusions de cette étude, Climate Central a mis en ligne la première carte mondiale interactive des différents scénarios d'inondation. On peut y voir très précisément – et même quartier par quartier – quelle zone est menacée d'inondation, en fonction de différents niveaux d'émissions de gaz à effet de serre.

Sujet radio: Rinny Gremaud

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 29 octobre 2019 à 18:48 - Modifié le 29 octobre 2019 à 19:53