Modifié

Cinq nouveaux gypaètes barbus nés dans les Alpes suisses

Un gypaèton né à la station de reproduction du Natur- und Tierpark Goldau. [Natrur- und Tierpark Goldau]
Cinq nouveaux gypaètes barbus nés dans les Alpes suisses / Le Journal horaire / 19 sec. / le 7 octobre 2019
La reproduction des gypaètes barbus bat son plein dans les Alpes suisses: cinq couples ont chacun donné naissance avec succès à un gypaéton depuis le début de l'année. Trois en Valais et deux en Engadine.

Les Alpes suisses offrent des conditions de vie idéales au vautour, s'est réjouie lundi la Fondation Pro Gypaète. Sur les 51 couples nicheurs qui vivent dans la chaîne de montagnes, 21 se trouvent sur territoire helvétique. Le nécrophage, friand d'ongulés comme les bouquetins, y trouve assez de nourriture, fait face à peu de braconnage et n'est pas victime d'appâts empoisonnés comme c'est le cas dans d'autres pays.

Renforcer la diversité génétique

La Fondation Pro Gypaète veut profiter de cette évolution positive pour renforcer la diversité génétique des gypaètes, aujourd'hui peu élevée. Elle prévoit de relâcher au début de l'été prochain de nouveaux individus élevés en captivité dans le canton d'Obwald.

Une institution telle que le Tierpark de Goldau, par exemple, participe à la sauvegarde de l'oiseau grâce à sa station de reproduction: les poussins qui y naissent ne restent pas forcément en Suisse, mais sont notamment envoyés en Autriche pour y être lâchés dans la nature. Le parc acclimate aussi des gypaètes venus d'Espagne.

Un gypaète barbu adulte. [RTS]Un gypaète barbu adulte. [RTS]

Lente reproduction

Le délicat gypaète se reproduit lentement. Il faut compter huit ans en moyenne avant une première couvaison réussie. Un couple élève au maximum un gypaéton par année, et ce n'est de loin pas garanti.

Si bien que les 51 couples nicheurs répertoriés dans les Alpes ne représentent qu'un tiers des 300 gypaètes qui y sont recensés aujourd'hui.

Depuis le début de la réintroduction de cette espèce il y a 33 ans, 227 oiseaux ont été relâchés à partir d'élevage et 271 sont nés à l'état sauvage.

Stéphanie Jaquet et l'ats

Publié Modifié