Modifié le 07 septembre 2019 à 09:21

La ville du futur sera-t-elle verticale ou souterraine?

Comme pour la Tour d’Ivoire à Montreux construite en 1962, les Tours ont toujours suscité la polémique, mais de la avis de certains architectes, la densification nous obligera à construire davantage en hauteur.
Futur antérieur - Et si on construisait plus de tours? Futur antérieur / 4 min. / le 02 septembre 2019
Face à la densification galopante des villes, certains architectes militent pour davantage de tours permettant de loger plus de personnes sans grignoter la surface au sol. D'autres proposent de mieux exploiter l'espace souterrain.

Un pays qui comptera bientôt 10 millions d'habitants, dont deux tiers de citadins, devra bien s'accommoder des constructions verticales. Sans pour autant s'élever comme Dubaï ou Tokyo, l'architecte lausannois Jacques Richter prône davantage de tours dans le paysage relativement plat de Suisse romande: "Il ne s'agit pas d'avoir tout à coup une vingtaine de tours les unes à côté des autres, mais quelques constructions verticales réussies qui ponctuent le paysage c'est une très bonne chose par rapport au problème de la densification".

Le désamour des Romands pour les tours

La tour Bel-Air de Lausanne a crée la polémique en 1932. La tour Bel-Air de Lausanne a crée la polémique en 1932. [Musée historique de Lausanne] Mais les Romands peinent à s'élever en architecture. De nombreux projets n'ont jamais vu le jour, balayés par les votations comme la tour de 60 mètres du quartier de Bussigny, refusée dans les urnes en 2012.

Il y eut aussi la tour Taoua, 87 mètres censée dynamiser le quartier de Beaulieu à Lausanne, elle aussi refusée par le peuple en 2014.

Ce désamour ne date pas d'hier, le premier gratte-ciel de Suisse, la tour Bel-Air de Lausanne, a bien failli ne jamais voir le jour.

C'était en 1932 comme le rappelle Patrick Moser, commissaire de l'exposition sur les tours de Suisse romande, "De Bel-Air à Babel – Un rêve de grandeur": "Pendant deux ans, les opposants de la tour Bel-Air ont fait couler des litres et des litres d'encre dans les journaux: les arguments étaient esthétiques, sécuritaires, financiers et religieux aussi. On disait qu'il ne fallait pas construire plus haut que la cathédrale ça serait offenser Dieu".

Construire en sous-sol

Alors si les tours n'ont pas la cote, certains architectes et géologues proposent plutôt de construire en souterrain.

>> Ecouter "Futur antérieur: Et si on construisait en sous-sol?"

Alors que les villes connaissent une densification galopante, les constructions souterraines représentent une solution encore inexplorée de l’avis d’Aurèle Parriaux, géologue.
- Aurèle Jean Parriaux
Futur antérieur - Publié le 03 septembre 2019

Pour Aurèle Jean Parriaux, géologue et professeur à l'EPFL, notre sous-sol est une richesse inexploitée: "Il faut davantage appréhender cette troisième dimension. Typiquement en déplaçant des grands magasins en profondeur – qui n'utilisent de toute façon pas la lumière du jour – on pourrait libérer de l'espace en surface pour construire des parcs et ramener de la biodiversité dans les villes".

Enfouir les surfaces commerciales, mais aussi les espaces récréatifs comme les patinoires, les casinos ou les salles de sport, serait donc pour ce géologue, l'une des réponses à la densification, mais aussi au changement climatique; un autre paradigme qui modifiera inexorablement la physionomie de nos villes.

Katia Bitsch/sjaq

>> Ecouter les autres épisodes de Futur antérieur "Et si on construisait différemment?"

- "Et si on construisait en tout petit?"

Les tiny houses font de plus en plus d'adeptes en Suisse.
bioalaune.com
Futur antérieur - Publié le 04 septembre 2019

- "Et si on construisait en paille?"

Le bâtiment ECO 46  à Lausanne a été construit en paille porteuse.
Noé Cauderay -
Futur antérieur - Publié le 05 septembre 2019

- "Et si on construisait pour se protéger du froid ou du chaud?"

Immeuble coopératif rue Soubeyran à Genève.
atba
Futur antérieur - Publié le 06 septembre 2019

Publié le 07 septembre 2019 à 07:40 - Modifié le 07 septembre 2019 à 09:21