Modifié le 03 juillet 2019 à 17:43

L'administration fédérale vise la neutralité climatique totale d'ici 2030

Le Conseil fédéral vise l'exemplarité en matière de lutte en faveur du climat. "Tout le monde doit faire des efforts supplémentaires, y compris l'administration", a déclaré la ministre de l'environnement Simonetta Sommaruga.
L'administration fédérale devra réduire ses émissions de CO2 de moitié d'ici 2030 Le Journal horaire / 1 min. / le 03 juillet 2019
Le Conseil fédéral a adopté mercredi un train de mesures en faveur du climat pour l'administration fédérale. Il souhaite notamment que celle-ci réduise ses émissions de gaz à effet de serre en Suisse de 50% par rapport à 2006.

L'objectif fixé par la Confédération, en lien avec la Stratégie énergétique 2050, est moins ambitieux pour le département de la Défense, qui devra réduire les émissions de CO2 d'au moins 35% par rapport à 2001. La cheffe du DDPS Viola Amherd avait d'ailleurs déjà annoncé à la mi-juin vouloir une armée plus respectueuse de l'environnement.

D’ici 2030, les émissions de gaz à effet de serre restantes de l’administration fédérale civile (y compris ses unités décentralisées comme les Ecoles polytechniques) ainsi que celles du DDPS seront intégralement compensées par des certificats de réduction des émissions à l’étranger. "Le changement climatique a atteint notre quotidien, a déclaré la ministre de l'environnement Simonetta Sommaruga devant la presse. Tout le monde doit faire des efforts supplémentaires, y compris l'administration."

>> Lire aussi: "Augmenter l'énergie renouvelable dans notre pays, c'est un devoir"

Classe éco des vols privilégiée

Des efforts seront notamment déployés dans les déplacements en avion. Sur les courtes et moyennes distances en Europe, le nombre de kilomètres parcourus diminuera. Sur les vols européens et intercontinentaux, la classe économique doit être privilégiée à la classe affaires et la taille des délégations réduite encore plus.

Berne attend d'ici la fin de l'année des propositions en ce sens de la part du Département fédéral de l’environnement, du Département fédéral des finances et du Département fédéral des affaires étrangères.

Assainissement énergétique des bâtiments

Concernant les nouvelles immatriculations de voitures, l’objectif visé d’ici 2022 est une part de véhicules à propulsion électrique d’au moins 20%, qui pourront être rechargés grâce à des stations de recharge prévues près des bâtiments administratifs. Lors de l’achat d’une voiture de tourisme, les émissions de CO2 ne devront en principe pas dépasser 95 g/km et le véhicule doit appartenir à la classe d’efficacité énergétique A ou B.

Le Conseil fédéral veut aussi procéder à un assainissement énergétique des bâtiments. Les valeurs limites en matière de CO2 au mètre carré de surface de référence pour la consommation d’énergie prévues dans la loi sur le CO2 révisée doivent être respectées. La Confédération devra renoncer aux chauffages à mazout et électriques.

ats/ani

Publié le 03 juillet 2019 à 16:14 - Modifié le 03 juillet 2019 à 17:43

Bilan carbone de l'administration fédérale

Employant quelque 38'000 collaborateurs, l’administration fédérale émet environ 40'000 tonnes d’équivalents CO2 (état en 2018). Les déplacements en avion comptent pour 53%, la consommation de chaleur pour 21% et la consommation d’électricité pour 15%. En 2018, les émissions de gaz à effet de serre ont été réduites d’environ 25% en chiffres absolus par rapport à 2006.

Le DDPS émet 205'000 tonnes d’équivalents CO2 par an. Environ la moitié est générée par le trafic aérien (Forces aériennes et Service de transport aérien de la Confédération), 24% par le transport routier, 19% par le secteur immobilier et 7% par les déplacements des militaires. Les émissions de gaz à effet de serre ont reculé de 28% entre 2001 et 2018 dans ce département.