Modifié le 13 avril 2019 à 20:51

Pour Extinction Rebellion, "il faut désobéir" face à l'urgence écologique

"Un changement de système, pas le changement climatique": une pancarte lors d'une manifestation du groupe Extinction Rebellion à Londres en décembre 2018.
Extinction Rebellion, la désobéissance civile pour la protection de l'environnement Le Journal horaire / 1 min. / le 12 avril 2019
Le jeune mouvement international Extinction Rebellion prône la désobéissance civile non-violente afin de forcer les gouvernements à agir pour préserver l'environnement. La branche suisse a manifesté samedi à Berne.

C'est une "déclaration officielle de rébellion pour le vivant", initiée par le groupe Extinction Rebellion Suisse, qui a eu lieu samedi après-midi sur la Place fédérale à Berne. Une manifestation autorisée, qui se voulait non-violente et ouverte à tous ceux qui partagent les convictions du mouvement, a rassemblé 200 personnes dans la capitale.

Le rassemblement marque le début de "deux semaines de rébellion", qui devraient être jalonnées d'actions quotidiennes à l'étranger et en Suisse. Lundi dès 8h00, Extinction Rebellion Suisse prévoit ainsi d'occuper pendant une heure le pont Chauderon à Lausanne.

En mars, à Lausanne déjà, une poignée d'activistes avaient bloqué quelques minutes la circulation de l'avenue de Rhodanie à l'heure de pointe, armés d'une banderole alertant sur l"urgence climatique". Et d'une pancarte présentant leurs excuses pour le désagrément occasionné.

Actions spectaculaires

Le mouvement a vu le jour en octobre dernier en Angleterre, où il s'est fait remarquer par quelques actions taillées pour attirer l'attention des médias.

On pense par exemple au blocage du trafic sur les principaux ponts de Londres, au strip-tease de plusieurs protestataires dans l'enceinte du Parlement un jour de débats sur le Brexit, ou à la militante qui s'est collée -littéralement - à la super glue aux grilles de Buckingham Palace.

L'organisation a depuis essaimé, via les réseaux sociaux, dans une vingtaine de pays dont la Suisse. La branche helvétique compte à ce jour environ 200 membres aux niveaux d'implication variés et des groupes dans toutes les villes de Suisse, indique un de ses membres, Rodan Bury.

Selon lui, la filiale suisse est en train de grandir "relativement rapidement". Chaque branche est autonome, dans ce système qui se veut décentralisé et non hiérarchique.

Changement radical de système

"Le mouvement ne s'intéresse pas qu'à la question du climat, mais au risque général d'extinction auquel l'humanité et le reste du vivant font face", explique Rodan Bury. Ses revendications concernent donc aussi des problématiques telles que la biodiversité ou l'érosion des sols. 

Extinction Rebellion exige des gouvernements qu'ils déclarent l’état d’urgence écologique et mettent un terme à la destruction des écosystèmes. Il plaide pour un changement radical de système qui permettrait de réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025.

Son logo, un sablier noir sur fond vert, est là pour souligner que le temps est compté pour éviter l'effondrement.

"On ne peut pas changer en suivant les règles"

Le discours est plus radical que celui de la plupart des organisations écologistes. Le mouvement soigne sa communication - il organise régulièrement des conférences par exemple - et mise sur ces actions visibles pour faire passer son message et recruter.

Rodan Bury souligne que la désobéissance civile, entièrement revendiquée par le collectif, "montre une forme de détermination" puisqu'"on est prêts à prendre des risques, comme celui d'être arrêtés par la police".

"On veut montrer (...) qu'on ne peut pas changer la situation en suivant les règles et qu'il faut désobéir." Mais cette résistance, insiste-t-il, est strictement non-violente et exclut toute forme de déprédation.

Quant aux nuisances pour le public, les membres de l'organisation disent les regretter mais les jugent nécessaires, à la fois pour alerter l'opinion et faire pression sur les pouvoirs publics.

>> Réécouter le débat entre Antoine Thalmann, membre du mouvement Extinction Rebellion, et Gerhard Andrey, vice-président des Verts suisse:

Le logo du mouvement Extinction Rebellion.
Maciej Luczniewski - NurPhoto/AFP
Forum - Publié le 13 avril 2019

Sujet web: Pauline Turuban

Propos recueillis par Pierre-Etienne Joye

Publié le 13 avril 2019 à 18:56 - Modifié le 13 avril 2019 à 20:51