Modifié

Les amphibiens du monde entier menacés par un champignon mortel

Un champignon décime les grenouilles sur plusieurs continents [RTS]
Un champignon décime les grenouilles sur plusieurs continents / L'actu en vidéo / 1 min. / le 29 mars 2019
Salamandres, grenouilles, tritons... Une maladie mortelle est propagée au niveau mondial par des champignons probablement originaires d'Asie. Une perte gigantesque pour la biodiversité, cartographiée par des chercheurs dans la revue Science.

Ils sont responsables du déclin de centaines d'espèces, propagés sur tous les continents par les transports et le trafic d'animaux. Cette menace mortelle porte le nom de chytrides. Des champignons parasites microscopiques – majoritairement aquatiques – probablement originaires d'Asie, déciment les amphibiens à travers le monde depuis les années 1980.

>> Voir le sujet du 19h30:

Un champignon décime les grenouilles sur plusieurs continents [RTS]
Un champignon décime les grenouilles sur plusieurs continents / 19h30 / 2 min. / le 28 mars 2019

"Ça touche certaines espèces de grenouilles: certaines y sont sensibles, d'autres pas. Il y a des espèces qui servent de vecteurs qui transmettent les chytrides à d'autres", explique à la RTS Sylvain Dubey, biologiste qui travaille pour l'UNIL et "Hintermann & Weber", un cabinet d'études et conseils en environnement.

Suffocation et crise cardiaque

Un chytride (ici, un spizellomycète): un des seuls champignons dont les gamètes ont un flagelle leur permettant de nager. [Dr. David Midgley - Wikimédia/CC]Un chytride (ici, un spizellomycète): un des seuls champignons dont les gamètes ont un flagelle leur permettant de nager. [Dr. David Midgley - Wikimédia/CC]Ces parasites sont particulièrement contagieux: ils se propagent par le contact d'une grenouille avec l'une de ses congénères, "ou par l'eau, par le biais de zoospores qui se déplacent dans l'eau comme de petits spermatozoïdes et qui vont s'accrocher sur la peau des grenouilles", précise-t-il. La peau des batraciens est indispensable à leur respiration: les animaux infectés suffoquent et meurent de crise cardiaque.

Une équipe de chercheurs de l'Université nationale australienne vient de faire appel à plus de quarante experts des cinq continents pour dresser la carte de cette pandémie animale, une des plus graves jamais décrite. Le pathogène a même reçu le triste titre de "plus destructif pour la biodiversité jamais enregistré".

Une hécatombe planétaire

Le constat est sévère: près de 500 espèces sont en déclin et près de 90 ont déjà disparu. Soit une perte de 6,5% de la biodiversité des amphibiens. Pour Sylvain Dubey, expert de ces animaux en Suisse romande, c'est une hécatombe: "6,5% c'est gigantesque: c'est même dramatique, d'autant plus que cela touche davantage certaines zones de la planète que d'autres", déplore-t-il. "Dans certains pays ce sont des dizaines d'espèces qui disparaissent, pas seulement une ou deux".

Déclin mondial des espèces d'amphibiens associé aux chytrides (mars 2019). [Ben C. Scheele - sciencemag.org]Déclin mondial des espèces d'amphibiens associé aux chytrides (mars 2019). [Ben C. Scheele - sciencemag.org]

Les plus touchées sont les espèces d'Amérique centrale et du Sud, ainsi que celles d'Australie; les animaux de plutôt grande taille et dont l'aire géographique est restreinte sont particulièrement concernés.

Les transports à grande échelle et le commerce d'animaux exotiques pour les terrariums sont la cause de cette épidémie mondiale. C'est pourquoi la Confédération suisse a décidé d'interdire l'importation de ces espèces.

Les salamandres suisses visées

Une salamandre tachetée en Hongrie. [Peter Komka - Keystone/epa]Une salamandre tachetée en Hongrie. [Peter Komka - Keystone/epa]En Europe, ces champignons attaquent surtout les salamandres, principales cibles d'un nouveau chytride, découvert en 2013: baptisé Batrachochytrium salamandivorans, il dévore la peau des salamandres et des tritons: "Pour le moment le champignon est limité au nord de l'Europe, en Allemagne. Il n'a pas encore atteint la Suisse mais il pourra arriver en Suisse d'ici quelques années", affirme Sylvain Dubey. "Donc on pourrait potentiellement perdre toutes nos salamandres".

Les  moyens de lutte sont restreints, les fongicides ne sont applicables qu'en captivité. Les scientifiques australiens ont lancé des programmes de conservation pour la réintroduction d'espèces: "Le pire est déjà passé, on a perdu les espèces les plus fragiles et nous allons encore en perdre d'autres", prévient le biologiste. "Plusieurs espèces de ce champignon existent, donc on n'est pas à l'abri d'un autre champignon qui apparaîtrait et tuerait d'autres espèces d'amphibiens".

Danger d'extinction

Les amphibiens sont les vertébrés les plus menacés: par les champignons, mais également par la perte de leur habitat et nos modes de consommation globalisés. Sans compter les changements climatiques.

La moitié des espèces de grenouilles, de tritons et de salamandres sont en danger sur notre planète.

>> Lire: L'extinction de masse des animaux s'accélère, selon des scientifiques

Sujet TV: Aurélie Coulon

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié Modifié