Modifié le 27 décembre 2018 à 20:41

Le réchauffement climatique affecte le territoire des espèces animales

Il y a davantage de guêpiers d'Europe sous nos latitudes avec le réchauffement climatique.
Il y a davantage de guêpiers d'Europe sous nos latitudes avec le réchauffement climatique. [Markus Vaersuvo - Wild Wonders of Europe /WWF]
Le réchauffement climatique a un fort impact sur le territoire de certaines espèces animales. Si le guêpier d'Europe, par exemple, a élargi son habitat, d'autres animaux sont menacés par la hausse des températures.

On ne comptait qu'une poignée de guêpiers d'Europe sous nos latitudes dans les années 1990. Aujourd'hui, entre 53 et 72 couples nichent en Europe. Mais le réchauffement climatique menace tout de même l'écosystème de cet oiseau, et fait disparaître les insectes dont il se nourrit, indique le WWF jeudi.

D'après l'ONG, le nombre de phoques gris de la Baltique, mais aussi de gorilles des montagnes, qui vivent dans la zone transfrontalière entre la République Démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda, ont aussi légèrement progressé en 2018, notamment grâce aux efforts internationaux de protection de la nature.

Les tortues menacées de disparition

En revanche, d'autres espèces ont été moins chanceuses. Le hareng de la Baltique, par exemple, a de plus en plus de mal à se reproduire, en raison de la disparition de la majeure partie des prairies sous-marines, essentielles en période de frai.

Même situation pour les tortues, dont la moitié des espèces sont désormais menacées de disparition. En tête de liste, la tortue à carapace molle du Fleuve Bleu, dont il ne reste que trois spécimens. 

Epidémie, grand froid et menace humaine

En Indonésie, l'orang-outan de Tapanuli - une espèce récemment découverte - voit son espace de vie grignoté par les plantations et les mines d'or.

L'antilope saïga de Mongolie, elle, a été victime d'une grave épidémie au début de l'année 2017, puis d'une vague de froid, qui a affaibli sa population à environ 3000 individus.

Quant au harfang des neiges, un oiseau de l'Arctique, sa population s'élève à quelque 28'000 spécimens, mais elle pourrait chuter entre 10'000 et 14'000 en fonction de la quantité de ses proies principales, les lemmings, qui sont eux aussi soumis aux aléas du changement climatique.

>> "L'année écologique" dans la revue 2018 du 19h30:

La revue 2018 sur le climat
L'actu en vidéo - Publié le 24 décembre 2018

jvia

Publié le 27 décembre 2018 à 20:40 - Modifié le 27 décembre 2018 à 20:41