Modifié le 09 octobre 2018 à 10:58

La Suisse va réexaminer ses objectifs climatiques après le rapport du GIEC

En Suisse, la hausse des températures est plus importante que la moyenne mondiale
En Suisse, la hausse des températures est plus importante que la moyenne mondiale 19h30 / 2 min. / le 08 octobre 2018
L'Office fédéral de l'environnement va examiner les nouvelles données climatiques du GIEC pour la Suisse. Il pourrait réviser les objectifs de réduction des émissions de gaz à effets de serre pour 2050.

Il faut agir rapidement pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, selon les experts climat de l'ONU (GIEC). "La Suisse n'est pas mauvais élève, mais ce qu'elle fait n'est pas suffisant", a relevé le professeur à l'EPFL Phlippe Thalmann, invité de La Matinale.

>> L'interview de Philippe Thalmann mardi dans La Matinale:

Rapport du GIEC: interview de Philippe Thalmann, professeur d'économie de l'environnement à l'EPFL (vidéo)
La Matinale - Publié le 09 octobre 2018

La Suisse renforce par étapes ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre, a indiqué l'OFEV lundi. En février 2015, le Conseil fédéral a approuvé un objectif indicatif de réduction des émissions de 70 à 85% à l'horizon 2050. La Confédération pourrait toutefois réviser cet objectif d'ici à l'automne 2019.

De nouvelles données climatiques seront présentées par l'Office fédéral de météorologie et de climatologie et l'EPFZ en novembre.

>> Lire aussi: Les experts du climat demandent des transformations "sans précédent"

Révision de la loi sur le CO2

Les émissions ont déjà baissé de 8% par rapport à 1990, entre 2008 et 2012, et doivent être réduites de 20% d'ici 2020. Pour la période 2021-2030, dans le cadre de l'Accord de Paris, la Suisse s'est engagée à diminuer les émissions de 50%. "Il faut tout électrifier", avance Philippe Thalmann. "C'est un effort, c'est un investissement", concède le professeur d'économie de l'environnement.

Pour ce faire, la loi sur le CO2, le principal instrument de la politique climatique, doit être révisée. Le Conseil fédéral a approuvé le projet en décembre 2017.

>> Débat entre Alberto Mocchi (Verts/VD) et Benoît Genecand (PLR/GE):

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois, et Benoît Genecand, conseiller national (PLR-GE), membre de la commission de l'Environnement.
Cyril Zingaro et Gaetan Bally - Keystone
Forum - Publié le 08 octobre 2018

ats/jvia/ta

Publié le 08 octobre 2018 à 16:05 - Modifié le 09 octobre 2018 à 10:58

Au niveau international aussi

Au niveau international aussi, les objectifs de réduction doivent être régulièrement renforcés. Ceux annoncés par les Etats dans le cadre de l'Accord de Paris ne sont pas suffisants pour limiter le réchauffement bien en dessous de deux degrés, voire à 1,5 degré. Selon cet accord, les Etats sont tenus d'annoncer tous les cinq ans un objectif de réduction plus ambitieux.