Modifié

Les experts du climat demandent des transformations "sans précédent"

Une banderole de Greenpeace déployée lors de la session des experts du Giec sur le climat. [Jung Yeon-Je - AFP]
Les experts du climat demandent des transformations "sans précédent" / La Matinale / 1 min. / le 8 octobre 2018
Le monde devra engager des transformations "rapides" et "sans précédent", s'il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, soulignent les experts climat de l'ONU (GIEC), mettant en garde contre des risques accrus au-delà de ce seuil.

L’impact sur les écosystèmes et la santé humaine d’une hausse des températures globales de 2°C sera bien plus grave qu’une hausse de 1,5°C, assurent les experts du GIEC dans leur rapport publié lundi et basé sur 6000 études scientifiques.

Pour rappel, 2°C représente le seuil en dessous duquel les Etats s’étaient engagés à rester lors de l’accord de Paris il y a trois ans.

>> Lire aussi: La Suisse va réexaminer ses objectifs climatiques après le rapport du GIEC

"Réductions drastiques"

James Skea, co-président de la session du GIEC, a expliqué dans La Matinale de la RTS que "limiter le réchauffement climatique à 1,5°C exige des changements d’une ampleur sans précédent. Cela demandera des réductions d’émissions drastiques dans tous les secteurs, l’utilisation de nombreuses technologies, des changements de comportement, et des investissements significatifs".

"Pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, nous devrons commencer au cours de ce siècle à enlever du CO2 de l’atmosphère", a-t-il encore ajouté. "Les méthodes pour y parvenir comprennent la plantation d’arbres, des bio-énergies combinées à des techniques de capture et de stockage de carbone, et de nouvelles approches qui n’en sont qu’à leur première phase de développement", a précisé le co-président du rapport.

James Skea a encore rappelé que les engagements des Etats depuis trois ans ne sont pas suffisants. Il en appelle à leur responsabilité pour empêcher une catastrophe climatique qui ferait des centaines de millions de victimes.

>> Débat entre Alberto Mocchi (Verts/VD) et Benoît Genecand (PLR/GE):

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois, et Benoît Genecand, conseiller national (PLR/GE), membre de la commission de l'Environnement. [Cyril Zingaro et Gaetan Bally - Keystone]Cyril Zingaro et Gaetan Bally - Keystone
La Suisse doit-elle viser zéro émission de CO2 d'ici 2050? Débat entre Alberto Mocchi et Benoît Genecand / Forum / 11 min. / le 8 octobre 2018

FO/lan

Publié Modifié

Greenpeace appelle la Suisse à se "réveiller"

Greenpeace Suisse estime lundi que le rapport du GIEC sur le climat, appelant à engager des transitions sans précédent pour limiter la hausse du réchauffement à 1,5 degré, est un "signal d'alarme". La Suisse "est loin d'atteindre" les objectifs fixés à Paris, rappelle l'ONG.

"En continuant d'attendre avant de prendre des mesures pour protéger le climat, le Conseil fédéral et le Parlement agissent de manière irresponsable et devront accepter les conséquences", écrit dans un communiqué Greenpeace Suisse.

>> L'interview de de Mathias Schlegel, porte-parole de Greenpeace suisse, spécialiste des questions climatiques, dans le 12h30:

Mathias Schlegel, porte-parole Climat et Energie de Greenpeace Suisse. [Sylvain Michel - RTS]Sylvain Michel - RTS
Greenpeace appelle la Suisse à changer rapidement sa politique climatique: interview de Mathias Schlegel / Le 12h30 / 5 min. / le 8 octobre 2018

La réaction de l'Alliance climatique:

La Suisse doit viser zéro émission de CO2 d'ici 2050. C'est le seul moyen d'arrêter le réchauffement climatique. Après la publication d'un rapport du GIEC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, l'Académie des sciences naturelles a présenté ses conclusions lundi à Berne.

Les glaciers, (ici Aletsch), diminuent d'année en année à cause du réchauffement climatique. [Denis Balibouse - Keystone]Denis Balibouse - Keystone
La Suisse ne fait pas assez pour le climat / Le 12h30 / 1 min. / le 8 octobre 2018