Modifié le 28 septembre 2018

Premier cas humain d'hépatite E du rat diagnostiqué à Hong Kong

Un rat de laboratoire. (Image d'illustration).
Un rat de laboratoire. (Image d'illustration). [STRINGER - EPA PA]
Un habitant de Hong Kong a été diagnostiqué avec l'hépatite E du rat, selon une étude d'un université de l'ex-colonie britannique, qui précise que c'est le premier cas connu d'infection humaine par cette variante de la maladie.

L'Université de Hong Kong explique avoir "prouvé pour la première fois au monde que le virus de l'hépatite du rat (HEV du rat) peut infecter les êtres humains et provoquer une infection clinique".

Jusqu'alors, il n'existait aucune preuve que la maladie pouvait être transmise par le rat à l'homme, ajoutent les auteurs de l'étude vendredi.

L'hépatite du rat est "une cousine très éloignée des variantes humaines de l'hépatite E", poursuit l'université, qui explique que sa découverte a "une signification majeure pour la santé publique".

Convalescence

La maladie a été détectée chez un patient de 56 ans ayant subi une greffe du foie.

D'après le journal South China Morning Post, les chercheurs estiment qu'il a pu être infecté par le biais d'aliments contaminés par des excréments de rats.

L'homme vivait dans une cité et les abords de son domicile présentaient des signes d'infestation par les rats, ajoute le journal. Il est désormais en phase de convalescence.

afp/pym

Publié le 28 septembre 2018 - Modifié le 28 septembre 2018