Modifié le 28 septembre 2018 à 09:48

Une mégalopole maya au Guatemala de sept à onze millions d'habitants

Au nord de Tikal, au Guatémala, un complexe datant d'au moins 500 ans av. J.-C. Il est révélé en enlevant numériquement toute la forêt tropicale qui le recouvre.
Une mégalopole Maya au Guatémala de sept à onze millions d'habitants La Matinale / 1 min. / le 28 septembre 2018
L'énigmatique complexe découvert au début de l'année dans la jungle du nord du Guatemala dévoile ses secrets. Une étude publiée vendredi dans la revue Science revoit à la hausse le nombre d'individus qui le peuplait.

Les cités mayas étaient extrêmement peuplées, selon une étude publiée vendredi dans Science par une équipe internationale. Un réseau de villes Mayas interconnectées, sur un territoire grand comme deux fois la Suisse... c'est ce qu'un système de laser aérien (LiDAR) avait révélé au début de l'année.

>> Lire: Une immense cité maya découverte sous la jungle du Guatemala

La télédétection LiDAR (Light Detection And Ranging) permet de révéler la taille, la complexité et la diversité des structures cachées par la forêt tropicale:

Des lasers pour découvrir d'antiques cités mayas
Info - Publié le 27 septembre 2018

Crédits vidéo: Shrestha/NCALM

Cette technologie permet aux archéologues de voir littéralement à travers la forêt, dévoilant des sites cachés parfois à quelques dizaines de mètres seulement des endroits qu'ils fouillent depuis des années. Et qui étaient passés totalement inaperçus.

Une vue du site à l'oeil nu:

La plupart des anciennes cités Mayas sont recouvertes par la forêt tropicale.
La plupart des anciennes cités Mayas sont recouvertes par la forêt tropicale. [Luke Auld-Thomas and Marcello A. Canuto - PACUNAM]

La même vue, sans la végétation, enlevée numériquement:

La technologie LiDAR permet d'enlever numériquement la forêt afin de révéler le sol et les bâtiments anciens.
La technologie LiDAR permet d'enlever numériquement la forêt afin de révéler le sol et les bâtiments anciens. [Luke Auld-Thomas and Marcello A. Canuto - PACUNAM]

Les chercheurs avaient déjà pu identifier plus de 60'000 ruines d'habitations. Ils ont aussi visualisé des canaux, des terrasses, une complexité et une diversité dont ils n'avaient pas idée.

L'étude extrapole ces données à l'ensemble de la mégalopole: "Entre 650 et 800 après J.-C., la démographie est particulièrement importante", explique un des auteurs, Cyril Castanet, géographe à l'Université de Paris 8. "Un modèle estime que 7 à 11 millions d'individus peuplaient cette région."

Une démographie très dense

Des chiffres étonnants; en comparaison, les spécialistes estiment qu'à cette période, les plus grandes villes recensées du monde, comme Bagdad, atteignaient à peine le million de personnes.

En Europe, aux alentours de l'an 800 après Jésus-Christ, il y avait vraisemblablement dix habitants au kilomètre carré. Alors que chez les Mayas, la densité était dix fois supérieure: une densité comparable à celle de la France d'aujourd'hui.

L'étude met également en évidence un impressionnant réseau de routes pavées et de canalisations, permettant d'exploiter intensivement l'ensemble du territoire.

Lucia Sillig/sjaq

Publié le 28 septembre 2018 à 07:30 - Modifié le 28 septembre 2018 à 09:48

Le changement climatique en cause?

Il y a plusieurs hypothèses quant aux raisons du déclin et de l'abandon de ces cités vers la fin du premier millénaire. Il est établi qu'il y a eu un changement climatique à cette période: vu la démographie et le niveau d'exploitation du sol, les chercheurs pensent qu'il a très bien pu provoquer des ravages sur les populations.