Publié le 05 septembre 2018 à 16:22

La glace la plus épaisse de l'Arctique s'est brisée cet été, une première

Une fissure dans la banquise au large du Groenland (image d'illustration).
Une fissure dans la banquise au large du Groenland (image d'illustration). [Mario Tama - AFP/Getty Images]
La glace la plus épaisse de l'Arctique, au large du Groenland, s'est brisée cet été pour la première fois depuis le début des relevés. Cette région pourrait devenir plus rapidement libre de glace qu'attendu.

Une fissure a été observée en juillet dans la banquise, laissant apparaître un large couloir de mer ouverte. Jusqu'ici, à cet endroit, la couche de glace comprimée par la gyre de Beaufort oscillait entre quatre et vingt mètres et était pratiquement impénétrable pour les brise-glace.

"Depuis que j'ai commencé à étudier la banquise dans les années 1970, c'est la première fois que je vois cela", a indiqué Konrad Steffen, directeur de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

Un changement plus rapide qu'attendu

Cette année, les températures dans l'Arctique sont montées par deux fois à des hauteurs inhabituelles. En février, il a fait par moments plus de 5 degrés là où on enregistre d'ordinaire -20 degrés, et le mois de juillet a aussi été extraordinairement chaud.

"Nous savions déjà qu'avec le changement climatique, l'Arctique serait tôt ou tard libre de glace en été. Il semble que cela se produira beaucoup plus rapidement que l'on pensait", commente Konrad Steffen.

ats/ebz

Publié le 05 septembre 2018 à 16:22

Expédition suisse l'été prochain

Si le phénomène constaté cet été se reproduit l'an prochain, les chercheurs suisses seront aux premières loges puisqu'une nouvelle expédition du Swiss Polar Institute (SPI) va faire le tour du Groenland durant l'été 2019.

L'absence de glace ou une couche plus fine pourrait même leur faciliter la tâche: "Pour certains tronçons, nous devons louer un brise-glace atomique car sinon nous ne pourrions pas passer à travers la glace", explique le Pr Steffen, qui est également directeur scientifique du SPI.

Des études sur les courants marins sont notamment prévues. Elles permettront de mieux comprendre pourquoi la glace se brise. La GreenLAnd Circumnavigation Expedition (GLACE) se déroulera sur une soixantaine de jours entre la fin juillet et la fin septembre 2019.