Modifié

L'EPFL a étudié les diamants d'une météorite tombée sur terre en 2008

Une tranche de météorite examinée par les scientifiques de l'EPFL. [Hillary Sanctuary/EPFL via AP - Keystone]
La trace d’une planète disparue dans des diamants retrouvés dans le désert de Nubie / La Matinale / 1 min. / le 18 avril 2018
Des scientifiques de l'EPFL ont examiné une tranche d'une météorite contenant des diamants formés sous haute pression. Leur étude montre que le corps d'origine était un embryon planétaire d'une taille comprise entre celle de Mercure et celle de Mars.

Le 7 octobre 2008, un astéroïde d'un peu plus de quatre mètres de diamètre a pénétré dans l'atmosphère de la Terre et a explosé à 37 kilomètres au-dessus du désert de Nubie, au Soudan. Lors de son explosion, il a projeté de multiples fragments à la surface du désert.

Seuls cinquante fragments, d'une taille de 1 à 10 centimètres, ont été recueillis, pour une masse totale de 4,5 kilos. Il s'agit principalement d'uréilites, un type rare de météorite pierreuse qui contient souvent de petits amas de diamants de taille nanométrique, a indiqué mardi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Premières inclusions extraterrestres

L'analyse des données a montré que les diamants contenaient du chromite, du phosphate, et des sulfures fer-nickel – ce que les scientifiques appellent des "inclusions". On savait depuis longtemps qu'elles existaient dans les diamants terrestres, mais aujourd'hui elles sont décrites pour la première fois dans un corps extraterrestre.

ats/lan

Publié Modifié