Modifié le 20 février 2018 à 07:58

Une start-up de l'EPFL met au point un prélèvement sanguin sans aiguille

Prélever son sang soi-même à domicile, sans douleur, pourrait devenir la norme.
Une start-up de l'EPFL veut développer le prélèvement sanguin sans aiguille La Matinale / 2 min. / le 20 février 2018
Le prélèvement sanguin sans aiguille pourrait devenir bientôt réalité grâce au dispositif d'une start-up vaudoise. Elle a signé un partenariat avec le leader européen en biologie médicale pour sa commercialisation.

Mis au point à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) par la start-up Loop Medical, le système permet de réaliser des prélèvements sanguins sans aiguille, sans douleur et à domicile.

Cette technologie vise à simplifier le plus possible la collecte d'échantillons dans les pays industrialisés. Mais la volonté de l'entreprise est de toucher aussi les pays en développement "avec notamment l'éradication des maladies infectieuses", précise son fondateur Arthur Queval.

Dans ces régions, "il est très difficile d'avoir accès à du personnel qualifié", rappelle-t-il. "Et avec un système comme celui-ci, on permet très facilement - à une personne qui est peu ou pas formée - de faire ces prélèvements qui vont ensuite être acheminés vers un laboratoire pour avoir des tests de qualité."

Un système logistique plus qu'une innovation

Pour l'analyste indépendant Hervé de Kergrohen, il faut cependant rester prudent face à ce marché des tests sanguins qui a le vent en poupe: "Pour un pays très peuplé comme la Suisse, où il y a des laboratoires partout, ce n'est pas trop utile", constate ce spécialiste des sciences de la vie. "Donc je comprends pourquoi ils se sont dit qu'il y a un autre marché, où il n'y a pas du tout de laboratoires".

"C'est un système logistique plus qu'une grande innovation", constate Hervé de Kergrohen. "Mais c'est peut-être la logistique qui a encore le plus de valeur. Elle est utile si le but de la manœuvre est de faire à la maison et de ne pas aller dans un laboratoire."

Soutien de la fondation Bill Gates

La start-up refuse pour le moment de révéler la fabrication de son extracteur de sang, qui devrait être commercialisé par Cerba Healthcare. Mais Loop Medical bénéficie du soutien de la Fondation Bill Gates, qui lui a versé un fonds de démarrage de 400'000 dollars.

Natacha Van Cutsem/oang

Publié le 20 février 2018 à 07:54 - Modifié le 20 février 2018 à 07:58