Modifié

La Russie et les Etats-Unis main dans la main pour viser la Lune

La "Super Lune" apparaît derrière un Soyuz MS-03 prêt à décoller de Baïkonour (au Kazakhstan) pour la station spatiale ISS, en novembre 2016. [Shamil Zhumatov  - REUTERS]
La "Super Lune" apparaît derrière un Soyuz MS-03 prêt à décoller de Baïkonour (au Kazakhstan) pour la station spatiale ISS, en novembre 2016. [Shamil Zhumatov - REUTERS]
Malgré le climat de nouvelle Guerre froide qui règne parfois entre Moscou et Washington, la Russie s'est jointe mercredi au projet américain de création d'une station orbitale autour de la Lune.

Dans le cadre du programme américain "Deep Space Gateway", l'agence spatiale russe Roskosmos et la Nasa se serviront de la Station spatiale internationale (ISS) comme base pour une "exploration plus poussée de l'espace".

Objectif: créer une nouvelle plateforme internationale habitée devant orbiter autour de la Lune, a annoncé Roskosmos.

La signature de cet accord a eu lieu à Adélaïde, en Australie, où se tient le 68e Congrès international d'astronautique dans un contexte où les acteurs cherchent à donner un nouveau souffle à la conquête spatiale sur fond de financements limités et de probable fin de vie de l'ISS.

Coopération spatiale

L'espace est un des rares domaines de coopération bilatérale non affecté par les vives tensions entre les Etats-Unis et la Russie.

Les deux pays coopèrent notamment dans le cadre de l'ISS, dont la Russie fournit le principal module et dispose du seul vaisseau capable d'y envoyer des spationautes depuis l'arrêt des navettes spatiales américaines.

afp/rens

Publié Modifié