Modifié le 13 septembre 2017

L'anosmie, ou perte de l'odorat, touche 5% de la population suisse

Le rendez-vous santé: Sylvain Delplanque nous parle de la relation entre odorat et émotions
Le rendez-vous santé: Sylvain Delplanque nous parle de la relation entre odorat et émotions 12h45 / 10 min. / le 13 septembre 2017
Perdre l'odorat a des effets sur les émotions, sur les relations sociales, mais aussi sur certains aspects très basiques de la vie quotidienne, comme détecter des dangers. Environ 5% de la population souffre d'anosmie.

L'odorat est considéré comme notre sens le plus archaïque. Mais il est aussi très mystérieux, particulièrement en ce qui concerne la relation entre l'odeur et les émotions, dont les recherches scientifiques ne font que commencer.

L'odorat est le seul sens qui a un lien direct avec le siège de nos émotions et de notre mémoire. "D'un point de vue anatomique, c'est une connexion quasi directe, alors que les autres sens passent par des relais", explique Sylvain Delplanque, chercheur au Centre interfacultaire en Sciences affectives à l'Université de Genève, mercredi sur le plateau du 12h45.

Durant très longtemps, les scientifiques évaluaient le nombre de reconnaissances olfactives des êtres humains à environ 10'000 molécules. Mais des études récentes ont estimé que les individus pouvaient percevoir entre 80 millions et 1000 milliards de molécules.

De la perte de plaisir à la dépression

Pour les anosmiques, soit les personnes qui ne sentent rien du tout, cette perte d'odorat se traduit souvent par une perte de plaisirs et par une certaine tristesse. Voire pire.

Le docteur Basile Landis, l'un des rares spécialistes de l'anosmie en Suisse, affirme rencontrer des patients "profondément attristés", qui essaient de faire avec. "Les personnes chez qui l'anosmie se développe de manière aiguë souffrent considérablement au niveau de l'humeur. On peut même parler de dépression", affirme Basile Landis, médecin adjoint au Service d'oto-rhino-laryngologie aux Hôpitaux universitaires genevois, précisant toutefois qu'il s'agit d'une minorité des cas.

Au-delà des effets sur les émotions et sur les relations sociales, la perte de l'odorat peut s'avérer problématique pour détecter des dangers, tels qu'un incendie, ou la présence de produits toxiques.

>> Le témoignage d'une personne atteinte d'anosmie:

J'aimerais beaucoup avoir un diagnostic (...) cela m'aiderait à faire mon deuil

Jean-Luc, atteint d'anosmie
 

Perte de l'odorat: l'anosmie touche 5% de la population
19h30 - Publié le 13 septembre 2017
 

Natalie Bougeard/Feriel Mestiri

Publié le 13 septembre 2017 - Modifié le 13 septembre 2017

Les causes de l'anosmie

L'anosmie peut être causée par un problème nasal (dans 35% des cas), par un traumatisme crânien (25%), ou par un rhume (20%). D'autres fois, des tumeurs, des maladies dégénératives ou des médicaments peuvent provoquer la disparition de l'odorat (5%). Mais dans 15% des cas, les causes restent introuvables.