Modifié le 13 septembre 2017

La Chine à l’avant-garde en matière de communication quantique

Station de communication quantique dans le sud-ouest de la Chine.
La Chine lance un réseau avant-gardiste de communication quantique Le 12h30 / 1 min. / le 13 septembre 2017
Pékin a annoncé officiellement mercredi le lancement du premier réseau de communication quantique à visée commerciale. La Chine confirme ainsi son avance dans ce domaine technologique hautement sophistiqué.

De nombreux pays, dont les Etats-Unis, planchent actuellement sur ce système réputé impossible à pirater. Mais la Chine a désormais une avance considérable dans la recherche et le développement de cette technologie complexe.

Cette dernière fonctionne selon les principes de la physique quantique: différents canaux de distribution envoient des données par le biais de photons (particules lumineuses).

Une technologie à priori inviolable

Outre une vitesse accrue, le système présente de nombreux avantages, avant tout sécuritaires. Si un réseau classique peut être pénétré à l’insu des utilisateurs, ce n’est pas le cas d’un réseau quantique sur lequel toute tentative d’entrave ou de piratage est immédiatement visible. Cette technologie est donc à priori inviolable.

Pour l’heure, seuls 200 officiels chinois peuvent utiliser le dispositif pour s’échanger des informations via leurs téléphones ou internet. Mais ce réseau devrait être prochainement étendu entre les 2000 kilomètres séparant Pékin de Shanghai. A terme, les autorités prévoient de le rendre accessible à l’ensemble du pays.

Recherche et innovation parmi les priorités

Le lancement du projet place la Chine comme leader mondial de cette technologie. Et Pékin ne cache pas ses ambitions en termes d’innovation: le pays ne se contente plus seulement de produire pour les autres, les autorités ont fait de la recherche et de l’innovation une des priorités des cinq prochaines années.

Aidées dans un premier temps par un certain protectionnisme, de nombreuses entreprises chinoises sont devenues de véritables championnes dans leur domaine. La région de Shenzhen, au sud du pays, se profile de plus en plus comme un concurrent sérieux de la Silicon Valley. Des avancées notables sont en cours en matière d’intelligence artificielle, par exemple.

La Chine se montre donc conquérante, investit et compte bien se faire une place de choix sur le marché mondial ces prochaines années.

Michael Peuker/oang

Publié le 13 septembre 2017 - Modifié le 13 septembre 2017