Publié le 02 mars 2017 à 17:12

Les forêts dévastées par les tempêtes profitent aux insectes

Dix ans après la tempête Lothar de 1999, cette forêt bernoise porte encore les traces des ravages subis.
Dix ans après la tempête Lothar de 1999, cette forêt bernoise porte encore les traces des ravages subis. [Gaetan Bally - Keystone]
Les violentes tempêtes comme Lothar ont du bon pour le monde des insectes. La diversité de ceux-ci sur des parcelles forestières dévastées est deux fois plus grande que dans des forêts intactes, selon l'institut WSL.

Grâce au passage de vents violents, des zones auparavant ombragées retrouvent la lumière, modifiant le climat et la végétation, écrit l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) vendredi. Le bois mort jonche le sol. Les conditions sont alors idéales pour les organismes vivants.

Les chercheurs du WSL ont recensé les différentes espèces d'insectes sur trois parcelles détruites par Lothar en 1999: une hêtraie à Sarmenstorf (AG), une forêt d'épicéas à Messen (SO) ainsi qu'une forêt mixte à Habsburg (AG). Ils y ont collecté des insectes pendant deux étés grâce à des pièges suspendus et au sol. Des forêts voisines laissées intactes par la tempête ont servi de parcelles de contrôle.

Quatre fois plus d'espèces d'abeilles

En moyenne, les chablis accueillent deux fois plus d'espèces que les forêts intactes; on y trouve même pratiquement quatre fois plus d'espèces d'abeilles, de guêpes et de punaises, relève le WSL.

ats/ebz

Publié le 02 mars 2017 à 17:12