Modifié

L'accord de Paris sur le climat entre en vigueur plus rapidement que prévu

Près de 150 pays se sont engagés à signer la semaine prochaine à New York l'accord sur le climat conclu en décembre à Paris. [EPA/Ian Langsdon - Keystone]
Entrée en vigueur de l’accord COP 21 de Paris sur le climat / Le Journal du matin / 2 min. / le 4 novembre 2016
L'accord de Paris sur le climat, conclu lors de la conférence internationale COP21 en décembre 2015 à Paris, est entré en vigueur vendredi. Au total, 92 des 192 pays, ayant signé le texte, l'ont ratifié.

Pour entrer en vigueur, l'accord nécessitait d'avoir été ratifié par 55 pays représentant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre. C'est finalement allé plus vite que les pronostics des experts et ces seuils ont été franchis en octobre, ouvrant la voie à une entrée en vigueur un mois plus tard.

En Suisse, la procédure de ratification est encore en cours. Le Parlement se prononcera en 2017.

A Marrakech pour fixer les règles

C'est dans les îles lointaines de l'océan Pacifique, les premières à changer de jour, que l'accord a commencé à être en vigueur, là même où des micro-États insulaires sont menacés par l'élévation progressive du niveau de l'océan. Kiribati, puis les îles Tonga, Tuvalu et les îles Marshall ont été ainsi les premières zones concernées.

Cette entrée en vigueur dans le Pacifique, "qui abrite des Etats insulaires vulnérables, lesquels ont tous ratifié l'accord, est l'un des moments les plus inespérés de l'histoire", a dit Thoriq Ibrahim, ministre de l'Environnement des Maldives, Etat insulaire de l'océan Indien.

Ce dernier présidera l'alliance des petits Etats insulaires lors des négociations qui réuniront près de 200 pays à Marrakech au Maroc, du 7 au 18 novembre, pour la COP22, dont l'objectif sera de définir les moyens d'application de l'accord de Paris, en fixant des règles à un traité resté souvent vague.

ats/jgal

Publié Modifié

Contenir la hausse en dessous de deux degrés Celsius

L'accord de Paris vise à contenir "bien en dessous" de deux degrés Celsius la hausse des températures moyennes mondiales par rapport à la moyenne de l'ère préindustrielle. Les Etats sont convenus en outre de "poursuivre les efforts" pour contenir la hausse à 1,5 degré.

Jeudi, pour autant, les Nations unies ont déclaré que les émissions de gaz à effet de serre en 2030 devraient dépasser de 12 à 14 milliards de tonnes, ce qui devrait être leur volume pour pouvoir contenir le réchauffement global dans les limites fixées par l'accord de Paris.