Modifié

Près de la moitié des investisseurs ignorerait le changement climatique

Les investisseurs sont classés de "AAA" à "D" selon leur capacité à intégrer le risque climatique dans leur portefeuille (image d'illustration). [Keystone]
Les investisseurs sont classés de "AAA" à "D" selon leur capacité à intégrer le risque climatique dans leur portefeuille (image d'illustration). [Keystone]
Près de la moitié des 500 plus gros investisseurs mondiaux ne fait rien pour tenter d'influer sur le changement climatique, affirme une étude publiée lundi par une ONG luttant pour l'environnement.

D'après un rapport publié par l'Asset Owners Disclosure Project (AODP), moins d'un cinquième des investisseurs prend des mesures concrètes, via leurs placements, pour lutter contre le réchauffement climatique.

Vingt et un représentants suisses figurent dans l'étude. Un seul d'entre eux se hisse parmi les 97 investisseurs prenant des mesures concrètes dans la lutte pour le climat. Avec une note de "CCC", la fondation Oak obtient la 59e place.

13 investisseurs suisses ont fait des "premiers pas"

Un autre groupe de 157 investisseurs a mis en place des "premiers pas". Ils sont treize représentants suisses à être classés dans ce peloton.

Enfin, 246 investisseurs ne font rien pour influer sur le changement climatique, selon l'AODP. Sept investisseurs helvétiques, notamment les fonds de pension d'UBS, de Novartis et de Nestlé, se retrouvent dans ce groupe.

Pour le directeur général de l'AODP, "le fait que près de la moitié des plus gros investisseurs mondiaux ne fait rien pour compenser les risques (liés au changement climatique) est choquant".

ats/apyt

Publié Modifié