Modifié le 20 janvier 2016 à 20:47

La coqueluche, une maladie qui tue encore en Suisse

Le rendez-vous santé: le Dr Alessandro Diana évoque la vaccination
Le rendez-vous santé: le Dr Alessandro Diana évoque la vaccination 12h45 / 7 min. / le 20 janvier 2016
En octobre 2015, un bébé d'un mois est décédé aux HUG de la coqueluche. Ce drame met en lumière le manque d'informations concernant la vaccination contre cette maladie. Les parents témoignent sur la RTS.

Le 17 septembre 2015, Maximilian naît à Lausanne. Le bébé est en pleine forme. Et ses parents sont ravis. Trois semaines plus tard, le nourrisson se met à tousser et ses parents profitent d'une visite chez le pédiatre le 13 octobre pour s'informer.

Le médecin suspecte une bronchiolite, une maladie fréquente chez les nourrissons. Il n'arrive cependant pas à analyser son taux d'oxygène. Et conseille aux parents de se rendre à l'Hôpital de l'Enfance.

Absence de vaccination...

Là, Maximilian est pris en charge par l'équipe médicale, qui confirme le diagnostic et garde l'enfant pour la nuit. Le lendemain matin, Maximilian est transféré au CHUV au service de néonatologie, l'équipe médicale estimant que l'ampleur de la toux fait que le bébé doit être surveillé. Des tests sanguins, pulmonaires et cardiaques notamment sont effectués. Mais l'état de l'enfant se complique.

Les médecins préviennent les parents qu'ils suspectent une coqueluche. Ils préconisent un transfert aux HUG. L'hôpital est mieux équipé pour traiter ce genre de cas. Maximilian arrive à Genève le 19 octobre. Cinq jours plus tard, il meurt de la coqueluche à l'âge de 37 jours. Sa maman n'était pas vaccinée contre cette maladie.

Le problème, c'est que ni le gynécologue, ni le pédiatre, ni l'hôpital, personne ne nous a parlé de vaccin contre la coqueluche durant la grossesse.

Stéphane, papa de Maximilian

... et absence d'informations

Ce drame met en lumière le manque d'informations concernant la vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche. En 2012, 7400 cas de coqueluche ont été déclarés en Suisse, deux fois plus qu'en 2011, selon l'Office fédéral de la santé publique. Comme il s'agit d'une maladie particulièrement dangereuse pour les nourrissons, l'OFSP et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) ont revu et adapté les recommandations de vaccination contre la coqueluche début 2013 (voir encadré).

Cependant, ces recommandations sont parfois méconnues du personnel de santé. La coqueluche est une maladie oubliée et bénigne pour les adultes. Mais pour les tout-petits, elle est très contagieuse et peut être mortelle. Raison pour laquelle les parents de Maximilian ont décidé de témoigner.

On peut facilement l'éviter, simplement en étant vacciné. Mais pour cela, il faut être informé. Or le problème, c'est l'information. Et franchement, là, ce qu'on veut faire, c'est faire en sorte que notre fils ne soit pas décédé pour rien.

Stéphane, papa de Maximilian

Tania Chytil

Publié le 20 janvier 2016 à 14:24 - Modifié le 20 janvier 2016 à 20:47

Les recommandations de l'OFSP

Pour les femmes enceintes

L'Office fédéral de la santé publique recommande aux femmes enceintes de se faire vacciner contre la grippe et la coqueluche durant leur grossesse.

D'autres recommandations sont disponibles sur le site de l'OFSP (voir lien ci-dessous).

En cas de doute, il faut en parler avec son médecin.

Le schéma vaccinal 2015 contre la coqueluche

L'OFSP recommande de faire vacciner les enfants (et les adultes) contre la coqueluche à l'âge de:

2 mois
4 mois
6 mois
Entre 15 et 24 mois
Entre 4 et 7 ans
Entre 11 et 15 ans
Entre 25 et 29 ans

La vaccination est également recommandée aux femmes enceintes dont le dernier rappel contre la coqueluche remonte à plus de 5 ans avant la grossesse.

Les chiffres de la coqueluche en Suisse

Actuellement, environ cinquante enfants sont hospitalisés chaque année à cause d'une coqueluche, surtout des nourrissons, selon des chiffres de l'OFSP.

Cinq décès liés à la coqueluche ont été déclarés au cours des 15 dernières années.