Modifié le 27 novembre 2014 à 15:09

Facebook encore plus intrusif dès 2015 avec ses nouvelles conditions

Certaines pages Facebook sont très prisées.
Facebook encore plus intrusif en 2015 On en parle / 13 min. / le 27 novembre 2014
Facebook prétend dans ses nouvelles conditions générales vouloir rendre le contrôle des données aux utilisateurs. Mais elles cachent aussi d'autres nouveautés plus inquiétantes du réseau social.

Les nouvelles conditions d’utilisation du plus grand réseau social, qui sont progressivement soumises aux utilisateurs jusqu’à leur entrée en vigueur au 1er janvier 2015, se parent d’un nouvel habillage visuel. Mais Facebook lance en parallèle de nouveaux services basés sur ces mêmes données. "Le côté noir de la force est révélé", constate le préposé valaisan à la protection des données jeudi dans l'émission On en parle de la RTS.

"Sous prétexte de vous rendre la vie sur Facebook plus facile, on a introduit des possibilités de ciblage de vos utilisations quotidiennes", met en garde Sébastien Fanti. "Par ces conditions générales d'utilisation, on a provoqué une extension extrêmement importante de la traque des données, bien au-delà de Facebook", explique l'avocat. Ainsi, sous prétexte de proposer à l'utilisateur de contrôler l'affichage des publicités sur sa page, le réseau social et ses sites "vassaux" (WhatsApp, Instagram, etc.) vont pouvoir affiner encore les publicités qui s'affichent. "Tout ceci est à double tranchant."

Facebook propriétaire des données personnelles

Jusqu’ici, l'utilisateur cédait à Facebook le droit d'utiliser ses données (photos ou vidéos, par exemple). Désormais, le réseau social sera propriétaire de ces données.

"Désormais, nous avons une entreprise qui joue à visage découvert. Tout ce que vous postez ne vous appartient plus. Jusqu'à présent, on avait tenté d'enrober ça sous des notions juridiques indéterminées, que personne ne comprenait en réalité (…) Et bien, aujourd'hui, on vous le dit: vous postez, ça n'est plus à vous, et nous en faisons ce que nous voulons."

"Je peux vous dire que c'est un des éléments qui vont générer chez les juristes des réflexions intenses", assure Sébastien Fanti. "Nous allons au-devant de litiges nombreux, variés et nous aurons certainement encore l'occasion de voir tous les excès qui sont liés à l'utilisation de vos données par un réseau social".

oang

Publié le 27 novembre 2014 à 14:49 - Modifié le 27 novembre 2014 à 15:09

La réponse de Facebook aux reproches

Interrogé par On en parle, Facebook répond que les utilisateurs pourront refuser que leurs habitudes sur Internet soient utilisées pour personnaliser les publicités.

Ils pourront le faire soit dans les paramètres du réseau social soit directement dans les réglages de leur smartphone.

Cette manière de faire a reçu l'accord de l'alliance européenne pour la publicité numérique (EDAA), association qui promeut l'autorégulation de la publicité dite "comportementale".

Mais cette association "n'est pas un référent de confiance dans le monde numérique" en Europe, souligne Sébastien Fanti.