Modifié

La déforestation de l'Amazonie en hausse de près de 30%

Vue aérienne du chantier du barrage de Belo Monte au Brésil. [Stian Bergeland/Rainforest Foundation Norway - Reuters]
Vue aérienne du chantier du barrage de Belo Monte au Brésil. [Stian Bergeland/Rainforest Foundation Norway - Reuters]
La déforestation de l'Amazonie brésilienne a augmenté de 29% entre 2012 et 2013, selon une estimation officielle basée sur des données satellitaires, publiée mercredi.

Quelque 5891 km2 de forêt amazonienne ont disparu entre 2012 et 2013, soit une augmentation de 30%. La précédente estimation, remontant à la fin de l'année 2013, faisait état d'une déforestation en hausse de 28% avec 5843 km2 de forêt rayée de la carte.

Les Etats du Para (nord) et du Mato Grosso (centre-ouest) ont été les plus touchés, avec respectivement 2346 km2 et 1139 km2 de forêt rasée, selon l'institut national de recherches spatiales (INPE), dont l'étude a été publiée mercredi.

Pic de 27'000 km2

En dépit de cette révision à la hausse, il s'agit du second meilleur résultat enregistré depuis 1988, l'année où ont débuté ces mesures officielles. La déforestation de l'Amazonie au Brésil avait atteint sa plus faible hausse historique en 2011-2012, avec 4571 km2 de forêt coupée, après un point culminant de 27'000 km2 en 2004.

Les chiffres, encore très préliminaires, pour la période 2013-2014 font déjà état d'une nouvelle augmentation de 9,8%.

ats/hend

Publié Modifié

Le Brésil, 2e producteur de soja

Le Brésil, l'un des leaders mondiaux agricoles, est tiraillé entre écologistes qui poussent à la préservation, et les grands agriculteurs et éleveurs qui veulent agrandir leurs surfaces d'exploitation.

Le géant d'Amérique latine est notamment le deuxième producteur mondial de soja, dont les tourteaux de soja servent à l'alimentation du bétail dans le monde, principalement en Chine et en Europe, premiers importateurs mondiaux.

Souvent décrit comme le "poumon de la planète", le bassin amazonien couvre environ 7,3 millions de km2 répartis sur neuf pays, au premier rang desquels le Brésil, qui concentre environ 63% de ses 5,5 millions de km2 de forêt équatoriale.