Modifié le 27 août 2014 à 09:22

L'usage croissant de la cigarette électronique chez les jeunes inquiète

Les collégiens américains, qui n'avaient jamais fumé, sont de plus en plus nombreux a utiliser la cigarette électronique.
Les collégiens américains qui n'avaient jamais fumé sont de plus en plus nombreux à utiliser la cigarette électronique. [ - Nathan Alliard]
L'utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes non-fumeurs américains a triplé en deux ans et les encourage à passer au tabac, selon une étude du journal Nicotine and Tobacco Research.

L'usage de la cigarette électronique chez les jeunes non-fumeurs a triplé en deux ans s'est alarmé le  centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Dans cette étude du CDC publiée lundi dans le journal Nicotine and Tobacco Research quelque 263'000 collégiens américains, qui n'avaient jamais fumé, ont utilisé une cigarette électronique en 2013, contre 79'000 en 2011.

Selon le centre, ces jeunes sont aussi deux fois plus susceptibles de passer au tabac, avec 43,9% ayant l'intention de fumer des cigarettes traditionnelles dans l'année contre 21,5% des non-fumeurs n'ayant jamais utilisé une cigarette électronique..

Campagne pour l'interdiction

L'American Heart Association (AHA), une organisation influente dédiée à la santé cardio-vasculaire, s'est aussi inquiétée de l'impact de cet appareil sur la santé des jeunes.

Elle a lancé un appel pour que la vente de la cigarette électronique soit interdite aux mineurs, et les publicités les visant limitées.

agences/fb

Publié le 26 août 2014 à 06:07 - Modifié le 27 août 2014 à 09:22

Vers une interdiction pour les mineurs

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé mardi d'interdire la vente de cigarettes électroniques aux mineurs. L'agence de l'ONU a estimé que leur consommation pose de "graves menaces" pour les adolescents et les foetus.

Les experts se sont également prononcés pour une interdiction de leur consommation dans les espaces publics fermés "au moins jusqu'à ce qu'il soit prouvé que la valeur exhalée n'est pas dangereuse pour les personnes passant aux alentours", selon un rapport publié mardi à Genève.