Modifié le 10 juin 2014 à 13:42

Un ordinateur réussit à se faire passer pour un humain au test de Turing

Kirobo mesure 34 centimètres de haut, pèse moins d'un kilo et est capable d'apprendre par l'expérience.
Eugene Goostman est un logiciel informatique sans corps. Mais Kirbo, ici à l'image, avait aussi réussi à tenir une conversation avec des humains depuis la station spatiale ISS. [Toru Hanai - ]
Une intelligence artificielle a réussi à passer le test de Turing, a annoncé samedi l'Université de Reading. Des scientifiques nuancent l'annonce, estimant que plusieurs biais ont faussé l'expérience.

C'est une étape historique, annonce l'Université britannique de Reading. Une intelligence artificielle a réussi à passer pour la première fois le test d'Alan Turing, père de l'informatique moderne, qui résistait aux ordinateurs depuis plus de 60 ans. Cependant, des scientifiques nuancent déjà l'annonce (voir encadré).

Le test a été passé lors du "Turing Test 2014" organisé ce week-end à Londres et passé avec succès par le super-ordinateur "Eugene Goostman".

Eugene, jeune garçon d'Odessa

Eugene est un programme simulant un jeune garçon de 13 ans, habitant d'Odessa en Ukraine, qui peut discuter avec les humains en leur faisant croire qu'il est leur égal. En effet, 33% des juges ayant discuté avec l'intelligence artificielle, créée par Vladimir Veselov et Eugene Demchenko, des chercheurs russe et ukrainien,  ont pensé qu'ils étaient en train de discuter avec un humain.

Ce n'est pas la première fois qu'un succès est annoncé à ce test, mais c'est la première fois que les sujets de discussions n'étaient pas fixés à l'avance.

sbad

Publié le 10 juin 2014 à 12:06 - Modifié le 10 juin 2014 à 13:42

Qu'est-ce que le test de Turing?

Le test de Turing, du nom de son inventeur, le pionnier britannique de l'informatique Alan Turing, est censé déterminer si un logiciel est doué de pensée et capable de reproduire l'intelligence humaine. Ce test résistait aux ordinateurs depuis sa création, en 1950.

Lors de l'expérience, le programme doit donner la réponse par écrit, à des juges humains, pendant des sessions de discussion de cinq minutes minimum. A l'issue de l'échange, les juges disent s'ils pensent que leur interlocuteur était un humain ou une machine. Si plus de 30% pensent que c'est une personne humaine, le test est réussi pour le robot.

Quelques critiques s'élèvent

Des scientifiques estiment que le pourcentage recommandé au test de Turing a été atteint à cause de plusieurs biais dans l'expérience.

Premièrement, le logiciel se fait passer pour un garçon de 13 ans, ce qui permet aux juges de penser que le jeune garçon ne connaît pas forcément les réponses à certaines questions.

Et comme il n'est pas censé être anglophone non plus, cela a permis d'excuser quelques erreurs grammaticales et de "duper" plus facilement les juges.