Modifié le 13 février 2014 à 15:52

"Les rhinos du monde pourraient tenir dans le stade de Wembley"

Plus de mille rhinocéros ont été tués l'an dernier rien qu'en Afrique du Sud.
Plus de mille rhinocéros ont été tués l'an dernier rien qu'en Afrique du Sud. [Stringer - ]
Plus de 10'000 espèces animales sont actuellement menacées directement dans le monde, notamment à cause du braconnage. Une réunion s'est ouverte à Londres pour tenter de trouver des solutions à ce fléau.

A l'initiative du gouvernement britannique et des princes Charles et William, quarante pays sont réunis depuis jeudi à Londres à une conférence d'une ampleur sans précédent contre le trafic des animaux. Ses organisateurs préconisent "une tolérance zéro" contre les braconniers.

Les participants vont réfléchir à des solutions pour enrayer un trafic en pleine croissance. Le braconnage met en péril l'existence de plusieurs animaux de la savane africaine et de la jungle asiatique. "Il n'y a pas de temps à perdre" face à "l'ampleur inimaginable" du fléau dans certains pays, a martelé jeudi matin le prince Charles.

Les pays asiatiques pointés du doigt

A la conférence de Londres, la Grande-Bretagne espère trouver un accord global qui inclut à la fois les nations refuges d'Afrique et "des pays comme la Chine ou le Vietnam qui sont destinataires" des produits illégaux. Ces pays n'ont toutefois pas envoyé de hauts dirigeants.

"Malheureusement tous les rhinos sauvages du monde pourraient tenir dans le stade de Wembley. Et il resterait encore de la place", a déploré le prince William.

Le décryptage de Géopolitis:

Le 20 juillet 2011, le président du Kenya fait brûler des défenses d'éléphants dans le parc national de Tsavo pour montrer l'engagement du pays dans la lutte contre le braconnage.
Geopolitis - Publié le 10 mars 2013

afp/boi

Publié le 13 février 2014 à 14:43 - Modifié le 13 février 2014 à 15:52

L'accent sur trois espèces emblématiques

La conférence de Londres met l'accent plus particulièrement sur trois espèces emblématiques menacées de disparition à moyen terme: les éléphants d'Afrique, les rhinocéros et les tigres.

En dix ans, 62% de la population des éléphants de la forêt africaine a été décimée et leur survie n'est, à ce rythme, plus assurée. Mille rhinocéros ont été tués l'an dernier en Afrique du Sud, contre... treize en 2007, et le nombre de tigres à l'état sauvage en Asie a chuté de 100'000 à 3200 en cent ans.

Un animal sur six est menacé

Un total de 11'212 espèces animales sont actuellement menacées sur les 53'267 espèces de vertébrés et d'invertébrés recensées par l'Union mondiale pour la nature.

Une espèce de mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et plus d'un amphibien sur trois sont menacés d'extinction mondiale.

Un marché lucratif

Selon les experts, le commerce illégal d'espèces menacées représente un marché de 7 à 9 milliards de francs. Une corne de rhinocéros, par exemple, est désormais plus précieuse que l'or, se négociant au prix de 49'000 francs le kilo.

Le trafic est tiré par une forte demande en Asie, où on attribue des vertus médicinales aux cornes et aux os de tigre. Mais ces pièces, surtout l'ivoire, constituent aussi de plus un plus un symbole de puissance et de richesse, malgré le moratoire sur le commerce de l'ivoire décidé en 1989.