Modifié le 01 août 2013 à 21:04

Les Américains détiennent un outil de surveillance plus performant que Prism

Quelle surveillance du terrorisme sur internet?, la question fait débat.
Le programme utiliserait près de 500 serveurs dans le monde (Photo d'illustration). [Thomas Coex - ]
Après Prism, un autre programme de surveillance américain sur internet baptisé XKeyscore permettrait de traquer un internaute en temps réel.

Un programme américain secret de surveillance d'internet, baptisé XKeyscore, permet au renseignement américain de suivre "à peu près tout ce qu'un utilisateur lambda" fait sur le réseau, selon des documents publiés mercredi par le quotidien britannique The Guardian.

Citant des documents fournis par Edward Snowden, à l'origine des récentes révélations sur l'ampleur de la surveillance américaine des communications, le Guardian assure que XKeyscore est le programme de l'Agence de sécurité nationale (NSA) qui permet la surveillance la plus large de la toile.

Le must de la surveillance

Selon ces documents, XKeyscore permet aux agents qui l'utilisent de surveiller en temps réel les emails, les recherches, l'utilisation des réseaux sociaux ou toute autre action effectuée sur internet pour remonter vers une cible.

Le programme repose sur l'utilisation de quelque 500 serveurs disséminés dans le monde, y compris en Russie, en Chine ou au Venezuela.

afp/moha

Publié le 31 juillet 2013 à 22:36 - Modifié le 01 août 2013 à 21:04

Facebook réagit et généralise le HTTPS

L'essentiel du trafic sur le réseau social Facebook, dans sa version desktop et mobile, sera désormais automatiquement chiffré, a annoncé mercredi l'ingénieur infrastructure de Facebook, Scott Renfro.

Le HTTPS, disponible en option depuis 2012, sera activé par défaut pour l'ensemble des comptes Facebook.

Cette fonction permet de protéger les internautes et sécuriser les communications entre le navigateur des utilisateurs et les serveurs de Facebook, explique Scott Renfro.

Réaction de la Maison Blanche

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney, interrogé mercredi pour savoir si le Congrès avait été mis au courant d'un tel programme, a renvoyé vers les services de renseignement.

Mais il a assuré que "les affirmations selon lesquelles il existe un accès étendu et sans limites aux données de la NSA (...) sont fausses".

Selon les documents, le logiciel a permis aux agents américains de capturer "plus de 300 terroristes".

Le document de présentation de XKeyscore