Modifié

L'OMS identifie un nouveau virus proche du Sras

Un médecin chinois montre une radio d'un patient atteint du Sras en juin 2013. [Peter PARKS  - AFP PHOTO]
Un médecin chinois montre une radio d'un patient atteint du Sras en juin 2013. [Peter PARKS - AFP PHOTO]
L'Organisation mondiale de la santé communique qu'elle a identifié un nouveau virus apparenté au Sras, qui avait causé la mort de 800 personnes en 2002, sur un patient. L' OMS ne recommande toutefois aucune restriction sur les déplacements.

Un nouveau virus appartenant à la même famille que celui du Sras a été identifié en Grande-Bretagne sur un homme ayant récemment séjourné en Arabie saoudite, annonce l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS précise que les examens pratiqués sur le patient, un homme de 49 ans, confirment l'existence d'un nouveau coronavirus. Le coronavirus est le nom donné à un type de virus appartenant à la famille des virus tels que le Sras ou celui responsable du rhume.

Le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) était apparu en Chine en 2002 et avait tué 800 personnes dans le monde avant d'être maîtrisé.

De la vigilance mais pas d'inquiétude

Pour Peter Openshaw, directeur du centre des infections respiratoires à l'Imperial College de Londres, le nouveau virus ne semble pas, à ce stade, devoir être un sujet de préoccupation publique. "Pour le moment, la vigilance s'impose mais pas l'inquiétude", a-t-il dit.

Le patient d'origine qatarie présentait les symptômes d'une infection respiratoire aigüe lors de son examen par des médecins le 3 septembre. Le 7 septembre, il a été admis dans une unité de soins intensifs à Doha avant d'être transféré en Grande-Bretagne par un vol sanitaire.

ats/pym

Publié Modifié

Deux séquences virales indentiques

Pour identifier ce nouveau virus, les chercheurs ont comparé des séquences génétiques du virus à partir d'un échantillon prélevé sur le patient qatari rentré malade d'Arabie saoudite avec celles d'un virus prélevé par des scientifiques néerlandais sur des tissus pulmonaires d'un ressortissant saoudien décédé cette année.

Les deux séquences virales se sont révélées identiques.

Pour Peter Openshaw, aucun lien n'a été établi entre les deux cas pour le moment et leur apparition peut relever d'une simple coïncidence qui, en d'autres temps, n'aurait pas été diagnostiquée.

"La preuve d'une transmission (du virus) entre deux humains serait inquiétante", a-t-il toutefois admis.

"On pourrait s'inquiéter de l'apparition d'un nouvel agent (viral) du type du Sras". L'OMS ne recommande aucune restriction sur les déplacements.