Modifié le 30 mars 2012 à 16:30

Le physicien coordinateur de l'expérience sur les neutrinos démissionne

Un scientifique travaillant sur les neutrinos, le 14 novembre 2011 au laboratoire de Gran Sasso, en Italie
Un scientifique travaillant sur les neutrinos, le 14 novembre 2011 au laboratoire de Gran Sasso, en Italie [AFP]
Le physicien italien, coordinateur de l'expérience Opera menée notamment au CERN, qui avait annoncé en septembre que les neutrinos étaient plus rapides que la lumière, mesure infirmée depuis par une autre expérience, a démissionné.

Le scientifique coordinateur de l'expérience Opera menée entre les installations du CERN à Genève et le laboratoire souterrain du Gran Sasso en Italie, a démissionné, a annoncé vendredi l'Institut italien de physique nucléaire, INFN. Les mesures de l'expérience avaient montré une vitesse des neutrinos supérieure à celle de la lumière, en contradiction avec la théorie de la relativité d'Einstein qui en fait une limite infranchissable.


Une motion avait été présentée pour réclamer le départ de Antonio Ereditato. Elle n'a pas été adoptée mais, selon des sources informées, les divisions qu'elle a provoquées entre les chercheurs avaient rendu la situation ingérable. Antonio Ereditato n'a pas souhaité faire de commentaires.


De nouvelles mesures prévues

Le vice-président de l'INFN, Antonio Masiero, a pris acte dans un communiqué de la démission du physicien tout en confirmant que de nouvelles mesures sur la vitesse des neutrinos étaient prévues au printemps pour vérifier les résultats étonnants enregistrés par Opera.


Ces mesures seront faites à partir d'un nouveau faisceau qui sera envoyé fin avril du CERN (Centre européen de recherches nucléaires) de Genève vers le Laboratoire souterrain du Gran Sasso, en Italie.


L'INFN "espère que (l'expérience) Opera retrouvera l'unité et un nouveau leadership pour poursuivre son principal objectif, celui d'observer l'apparition de neutrinos d'un nouveau type à partir de neutrinos de type mu provenant du CERN", pour illustrer un phénomène appelé "oscillation des neutrinos".


afp/hend


Publié le 30 mars 2012 à 14:41 - Modifié le 30 mars 2012 à 16:30

Résultats contestés

Selon les mesures d'Opera, sur une distance de 730 km entre les installations du CERN à Genève et le laboratoire souterrain du Gran Sasso, les neutrinos projetés à travers l'écorce terrestre arrivaient avec près de 20 mètres d'avance sur la lumière.

D'autres tests effectués fin octobre par Opera avaient de nouveau trouvé une vitesse des neutrinos supérieure à celle de la lumière. Mais sept neutrinos reçus à Gran Sasso en provenance du CERN lors de ces tests complémentaires ont été aussi analysés par ICARUS, une autre expérience coordonnée par le Prix Nobel Carlo Rubbia.

Le 16 mars, Carlo Rubbia a annoncé que la vitesse des neutrinos émis fin octobre ne dépassait en fait pas celle de la lumière. Fin février, des physiciens qui ont étudié le fonctionnement d'Opera ont émis l'hypothèse que ses résultats aient été faussés par une mauvaise connexion entre un GPS et un ordinateur servant à la mesure, entraînant un léger décalage.