Modifié

Une étude prône la vaccination préventive des personnes à risque contre la variole du singe

Une étude prône la vaccination préventive des personnes à risque contre la variole du singe [Dado Ruvic - Reuters]
Une étude prône la vaccination préventive des personnes à risque contre la variole du singe / Le Journal horaire / 26 sec. / le 2 août 2022
Selon une étude préliminaire de l'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers (B), tout homme à haut risque d'infection devrait idéalement se faire vacciner préventivement contre la variole du singe.

L'étude n'a pas encore reçu l'assentiment de ses pairs, mais les chercheurs belges semblent confiants. "Nous avons élaboré un modèle mathématique, comme pour le Covid", explique Christophe Van Dijck de l'IMT. "Dans ces modèles, nous voyons l'impact des différentes approches de la vaccination. Il existe cependant peu de données et d'informations sur la variole du singe actuellement, ce qui constitue un frein".

>> Lire aussi: L'OMS prévoit une hausse des décès dus à la variole du singe en Europe

Maladie parfois non reconnue

Cela ne signifie pas pour autant que l'équipe scientifique n'a pas pu tirer de conclusions importantes.

Jusqu'à présent, on pensait que les personnes infectées par la variole du singe consulteraient rapidement un médecin, ce qui n'est probablement pas le cas, car tout le monde ne reconnaît pas ou ne développe pas les lésions ou caractéristiques cutanées typiques. "Et donc le virus continue de se propager", note Christophe Van Dijk.

Traçage difficile

De plus, l'étude publiée jeudi dernier montre qu'en réalité, il est difficile d'arrêter la propagation via la recherche de contacts, car les sujets ne savent pas exactement avec qui ils ont eu un contact à haut risque.

La vaccination préventive semble ainsi la meilleure option. "C'est au moins aussi efficace et peut-être plus efficace que de simplement vacciner les contacts à haut risque", conclut Christophe Van Dijck.

ats/hkr

Publié Modifié