Modifié

Mais quand prendra fin la crise du Covid? A l'été 2022... ou plus tard?

Des personnes font un test Covid dans un centre de dépistage au Mont-sur-Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Mais quand prendra fin la crise du Covid? Interrogations dans la presse dominicale / Le Journal horaire / 44 sec. / le 9 octobre 2021
Les experts s'interrogent dans la presse dominicale sur le temps qu'il faudra encore passer avant de dompter le Covid-19. Sous conditions, un infectiologue zurichois table sur l'été 2022 alors que la scientifique en chef de l'OMS se montre moins optimiste. 

La pandémie de Covid-19 devrait être terminée d'ici à l'été prochain, estime l'infectiologue zurichois Huldrych Günthard. Mais, ajoute-t-il, deux conditions sont nécessaires: il faut plus de personnes vaccinées et les non-vaccinés doivent être infectés par le virus.

Une autre condition est qu'aucun variant résistant aux vaccins n'apparaisse entre deux, précise M. Günthard dans un entretien diffusé dimanche par la SonntagsZeitung. Il souligne que cela ne s'applique pas au monde entier, mais uniquement aux pays disposant d'un vaccin.

"60% du chemin parcouru"

La scientifique en chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Soumya Swaminathan, se montre moins optimiste dans le SonntagsBlick. Elle table sur 60% du chemin bientôt parcouru. "Mais on ne peut exclure qu'il y ait une autre montagne inattendue à gravir", ajoute-t-elle.

Dans certaines parties du monde, un pourcentage élevé de la population est vaccinée, soit entre 70 à 80%, relève-t-elle. Dans d'autres pays, comme en Afrique, moins de 4% de la population est entièrement vaccinée. "Plus longtemps l'humanité tolère cette situation, plus le risque d'apparition de nouveau variants est grand".

Troisième dose

L'OMS demande que toutes les doses disponibles soient utilisées pour augmenter le taux de vaccination dans le monde. Ce n'est qu'après cette échéance que l'injection de rappel, soit la troisième dose, doit être envisagée, lâche Soumya Swaminathan.

L'infectiologue Huldrych Günthard rejette cette demande: "La protection contre les nouvelles infections diminue avec le temps". Il ne comprend pas pourquoi on attend encore, craignant que tout n'aille de nouveau très vite.

Il y a déjà de plus en plus de failles dans les vaccins, note-t-il. "De grands groupes de personnes devront être à nouveau vaccinés. Cela prend du temps", souligne le directeur adjoint de la division des maladies infectieuses et de l'hygiène hospitalière de l'hôpital universitaire de Zurich.

ats/nr

Publié Modifié