Modifié

Des fouilles archéologiques débutent dans le lac des Quatre-Cantons

Un plongeur ramène un pieu en bois à la surface de l'eau: il date du premier établissement sur pilotis dans le bassin du lac des Quatre-Cantons, datant de l'âge du bronze, vers 1000 avant Jésus-Christ. Lucerne, le 22 avril 2021. [Urs Flueeler - Keystone]
Fouilles archéologiques dans le lac des Quatre-Cantons / La Matinale / 1 min. / le 23 août 2021
Une équipe internationale d'archéologues cherche à savoir si un site préhistorique se cache au fond du lac des Quatre-Cantons. Des fouilles archéologique ont ainsi été lancées, en lien avec le projet de gare souterraine à Lucerne, dont la mise en service est prévue pour 2040.

Des recherches archéologiques mais aussi géologiques se déroulent dès ce lundi et jusqu'en septembre, ont indiqué les CFF et le canton de Lucerne dans un communiqué conjoint la semaine dernière.

Elles entrent dans le cadre de l'avant-projet de la gare souterraine de passage, qui doit compléter la gare terminus en surface (lire encadré).

Un passé préhistorique méconnu

Le passé préhistorique de la ville de Lucerne reste largement méconnu, relève le communiqué. Pour mémoire, en mars 2020, les vestiges d'un village sur pilotis vieux de 3000 ans ont été trouvés à quatre mètres sous la surface de l'eau dans la rade de Lucerne. C'était la première fois que des traces palafittiques étaient découvertes dans le lac des Quatre-Cantons.

>> Lire: La ville de Lucerne prend 2000 ans d'âge après une découverte archéologique

Il s'agit désormais de vérifier si d'autres vestiges existent dans la zone d'excavation prévue. Des archéologues des universités de Zurich et de Berne ainsi que de l'Université de Copenhague participent aux fouilles sous la direction du service d'archéologie du canton de Lucerne.

ats/sjaq

Publié Modifié

Un très gros chantier

Le projet de gare souterraine de passage à Lucerne est un projet "du siècle" pour la Suisse centrale. Grâce à l'extension, davantage de trains devraient pouvoir circuler de et vers Lucerne à partir de 2040.

Les coûts sont estimés à 2,4 milliards de francs.