Modifié

Plus de 500 personnes ont téléchargé l'application anti-harcèlement "The Sorority"

L'application anti-harcèlement "The Sorority" est disponible en Suisse [Xosé Bouzas - Hans Lucas via AFP]
L'application anti-harcèlement "The Sorority" est disponible en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 24 juin 2021
L'application anti-harcèlement "The Sorority", qui permet notamment à une victime d'alerter d'autres femmes aux alentours pour qu'elles puissent lui porter assistance, a déjà été téléchargée par 500 personnes en un mois en Suisse.

L'application "The Sorority" était déjà disponible en France, en Belgique et au Luxembourg, elle l'est désormais aussi en Suisse. Elle compte près de 14'000 profils certifiés et vérifiés. Une communauté prête à agir pour apporter une aide immédiate en cas de harcèlement dans la rue.

De nombreuses autres applications proposent aussi de l’aide en cas d'agression dans la rue, comme "Street Alert" ou encore l’application suisse EyesUp. Certaines proposent des fonctionnalités diverses, comme une alarme sonore censée faire fuir les agresseurs ou un recensement de "lieux refuge".

Agir et se mobiliser

L'une des spécificités proposées par The Sorority (la sororité), la toute première communauté bienveillante, de protection et d'entraide entre femmes et personnes issues des minorités de genre, est l'alerte partagée auprès des utilisatrices qui se trouvent à proximité.

Priscillia Routier Trillard, créatrice de The Sorority, estime que l'avenir des dispositifs de sécurité réside surtout "dans la mobilisation de la société, l'application n'étant qu'un outil pour une telle implication". "A partir du moment", estime-t-elle vendredi dans La Matinale, "où nous avons conscience que nous pouvons agir et aider, c'est l'essentiel, après ça, nous n'aurons plus besoin d'application."

Concrètement, les utilisatrices indiquent leurs coordonnées et permettent à l'application de les géolocaliser. Si elles se sentent en danger, elles peuvent appuyer sur un bouton d'alerte. Une alerte push est alors envoyée à toutes les utilisatrices qui se trouvent à proximité et elles peuvent alors soit appeler la personne en danger, soit communiquer avec elle sur le chat. "Sans jamais se mettre en danger", explique Priscillia Routier Trillard.

Aussi une application à Lausanne

La ville de Lausanne propose elle aussi une application qui signale directement aux autorités les situations de harcèlement de rue. Pour Pierre-Antoine Hildbrand, municipal de la sécurité et de l'économie à Lausanne, les différents dispositifs présents sur le marché sont complémentaires.

Entre des applications qui apportent une aide concrète, rassurent ou permettent d'avoir recours aux autorités en cas de danger, la multiplication de ces outils prouve qu'il y a une véritable prise de conscience pour sensibiliser au harcèlement de rue.

Texte radio: Miruna Coca-Cozma

Adaptation web: Virginie Langerock

Publié Modifié